Yaoundé : l’avenue Kennedy fait peau neuve

0

L’avenue Kennedy a une nouvelle façade depuis plus d’une semaine. Il est 10h le 2 décembre. Nous avons été transformés en marché à l’entrée de ladite avenue. Le premier constat qui ressort est l’absence d’embouteillages d’antan. A proximité des deux voies menant au lieu-dit « Carrefour Intendance », aucun vendeur n’est confortablement installé. Ils sont à l’affût. Seuls quelques clients venus réparer leurs téléphones et autres appareils affluent dans la région. Certains d’entre eux, en revanche, font des allers-retours à la recherche de techniciens à qui ils avaient confié leurs appareils pour réparation il y a quelque temps. Mais malheureusement, ceux-ci ont clairement été chassés du site. Là, l’une des deux routes mène désormais au lieu-dit « Carrefour de l’Intendance ».

A l’approche du côté droit de l’Institut Français du Cameroun (IFC), la route est pratiquement fermée. Les véhicules de transport urbain et autres voitures particulières n’y ont plus accès ; Sauf les piétons. Il est presque difficile pour un utilisateur d’emprunter cette route sans garder la tête baissée et les yeux sur le goudron. Les dessins d’art et autres décorations ne sont pas perdus de vue. Et ce n’est pas tout. Les tentes et autres pots de fleurs le long du parcours font bonne impression. Les sauveteurs, techniciens et commerçants ambulants les plus résilients viennent et continuent à chercher des clients potentiels. Malgré l’enjeu du projet qui est de réduire durablement la pollution de l’air dans cet espace et de lutter contre le désordre urbain sur ce site, les vendeurs ambulants, locataires de ce secteur, n’obtiennent pas vraiment ce qu’ils veulent.

« On nous a demandé d’aller au marché d’Ongola. C’est bien. Nous ne sommes pas contre, mais ce marché n’est pas encore opérationnel. Les gens travaillent encore dans ces bâtiments. Il n’y a pas de boutique, encore moins une boutique, ouverte. Comment allons-nous faire? Nous sommes débordés », s’indigne un commerçant ambulant. Il n’est pas seul. « Bientôt, je serai ici sur l’avenue Kennedy pendant 22 ans. J’ai des enfants, des retraites à payer. Maintenant que nous sommes expulsés, qu’est-ce que je vais faire ? Demande Adamou Issa, vendeur des lieux. « Je ne suis pas contre cette décision, mais il n’y a personne sur le marché d’Ongola où nous devrions aller. Vous ne passez pas une journée sans que personne ne vous pose de questions sur le prix de la marchandise. Nous sommes entre nous vendeurs. Ce n’est pas possible. Que le gouvernement revient sur cette décision car elle est grave », prévient Hayatou, vendeur de téléphone.

Insécurité

Pour certains résidents de cet espace commercial, cette initiative prend tout son sens compte tenu des cas récurrents de violence sur la propriété. « Je ne vois pas cela comme un projet. Nous avons laissé les gens le faire et c’est devenu un gang de bandits. L’avenue Kennedy était autrefois un endroit où se trouvaient les banques et les restaurants. Cela va bien sûr faire du mal au commerçant, mais il a fallu redresser la barre », pense Florien Mballa.

Le projet d’embellissement de l’avenue Kennedy est une initiative soutenue par le maire de la ville de Yaoundé et financée par le ministère français de l’économie, des finances et de la réhabilitation. Elle s’inscrit dans le cadre de la politique de dépollution de l’air en toile de myrrhe avec la semaine de la qualité de l’air dans la ville de Yaoundé qui s’est déroulée du 15 au 28 novembre. . Selon les indiscrétions, la fermeture de cette voie devrait s’étendre sur une semaine. Quelque chose que les commerçants et certains résidents ne comprennent pas à propos de l’expansion de la section.

#Yaoundé #lavenue #Kennedy #fait #peau #neuve

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: