Yaoundé-Soa : l’astuce des chauffeurs de bus

0

Certains chauffeurs ne déposent plus les passagers à la Camair.

Se déplacer sur le tronçon Soa-Camair n’est plus loin d’un parcours du combattant. Depuis quelques mois, certains chauffeurs de bus desservant cette ligne n’exploitent plus intégralement la ligne Soa-Camair. « J’ai payé deux billets pour me rendre à la Camair. Avant, nous pouvions payer directement la Camair. Désormais, ce n’est plus possible, car le chauffeur peut décharger les clients chez Mobil Omnisport ou Texaco-Omnisport.

Et là, il faut payer un autre taxi pour se rendre à la Camair », explique Yvette Mballa, étudiante à l’Université de Yaoundé II-SOa. La situation est préoccupante à plus d’un titre. « Ce n’est pas normal qu’ils vous emmènent devant la Camair et vous laissent en chemin. Le plus embêtant, c’est que parfois le chauffeur n’informe même pas les clients », déplore Jules Ntep, un habitué de la ligne. .

Les conducteurs invoquent plusieurs raisons pour justifier ce comportement, qu’ils ne nient pas. « Nous ne terminerons pas la ligne à cause des embouteillages entre Mobil Omnisport et Carrefour Éleveur. Il y a aussi le mauvais état de la route qui nous conditionne », justifie un automobiliste. D’autres indiscrétions rapportent que certains d’entre eux fuient les longues files d’attente de chargement à la gare. « A chaque chargement en gare, nous payons un montant de 500 Fcfa ou plus, selon le nombre de places dans le véhicule. En revanche, lorsque nous chargeons en déplacement, c’est plus avantageux et bénéfique pour nous. Et ça nous permet aussi de gagner du temps », confie en cachette un chauffeur de ligne.

En attendant, le président de l’Association des chauffeurs et chargeurs de Soa (Accs) a déclaré qu’il était au courant de cette situation. « La découverte est réelle, et c’est ce que nous condamnons. Mais il y a parmi nous des moutons noirs qui éludent les décisions. Il est vrai que les fichiers ne sont pas faciles à gérer à un moment donné, mais nous ne pouvons pas permettre que cette activité continue car il y a des étudiants parmi les utilisateurs », a déclaré le président d’Access, Prosper, Aimé Essomba.

« La plupart des étudiants qui utilisent la ligne SOA ont mon numéro de téléphone. Je leur ai demandé de m’appeler s’ils ont des problèmes avec les pilotes », ajoute-t-il. L’association a mis en place une brigade anti-tentative pour maintenir la discipline. Cela surveille le comportement et le comportement des conducteurs. En cas de comportement indiscipliné, le véhicule sera mis en fourrière et pourra y être laissé une journée entière.

#YaoundéSoa #lastuce #des #chauffeurs #bus

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: