20 mai: les chefs traditionnels exigent des excuses du Gouverneur Okalia Bilaï, voici pourquoi!

    0

    Le chef Ewome Eko John alias Moja-Moja I de Fako, dirigeant traditionnel du village de Bwassa dans la Subdivision de Buea, a demandé des excuses de la part du gouverneur du Sud-ouest Okalia Bilai Bernard après qu’il leur ait ordonné de marcher le 20 mai (Fête nationale) avec leurs sujets sous peine de perdre leurs Couronnes royales.

    Il s’est entretenu avec HiTv Cameroun le samedi 4 mai 2019, peu après une marche de protestation, à travers la municipalité de Buea, avec la redoutable mascarade de Nganya.

    « Le but de cette marche est parce que nos habitants, le peuple Fako, ont pleuré Depuis que le Gouverneur a déclaré que les chefs devaient marcher avec leurs villageois. Donc, nos villageois ont été dérangés, ils nous ont dérangés, ils nous ont posé des questions. Donc, aujourd’hui, nos villageois, avec certains élites nous a demandé d’aller dans la rue et demander si nous avons un problème avec le gouvernement. Depuis ce matin, moi – même et certains de mes collègues chefs avons dit que c’était assez. Mais nous n’apporterons pas de violence ici à Fako. Nous sommes accueillants, nous sommes dans une nation où la paix devrait régner », a déclaré le chef.

    Le chef traditionnel du village de Bwassa a demandé au gouverneur de retirer ses déclarations du 25 avril 2019 qui appelaient les chefs à participer au défilé de la fête nationale sous peine d’être détrôné. 

    L’entendre: « Franchement, vous devez retirer votre déclaration. Si vous ne le retirez pas, appelez même les chefs et expliquez-vous. Je suis sûr que le maire était à vos côtés, et il voulait rester là à regarder les chefs défiler. Est-ce normal? Je suis désolé si je vais en mains mais c’est ce que nous avons convenu. C’est du fond du cœur des faux. » 

    Les femmes en chef que John a dit les ordres de marche du gouverneur ont mis en colère les dieux et un apaisement était inévitable.

    L’entendre: « Ce [Nganya] mascarade est sorti aujourd’hui pour apaiser les dieux sur les déclarations faites par le Gouverneur. Les dieux étaient déjà en colère, alors nous avons dû les apaiser. Peu importe le fait qu’il ait utilisé une fausse déclaration, il reste notre fils. Je ne l’appellerai plus gouverneur Okalia Bilai. Je l’appellerai le Gouverneur Moja Moja I. C’est aussi un Mola. Il est aussi un chef. S’il dit qu’on doit marcher, je le nomme chef des chefs. Il sera devant pendant le défilé et nous le suivrons de derrière. » 

    En effet, le gouverneur du Sud-ouest Okalia Bilai Bernard avait le jeudi 25 avril 2019, alors qu’il présidait une réunion préparatoire en vue de la 47e édition de la fête nationale du Cameroun célébrations facturée pour le 20 mai, dit les chefs qui ne parviennent pas à marcher avec leurs sujets seront détrôné.

    « Au cours du 20 mai de cette année, tous les chefs marcheront avec une pancarte indiquant leur village et avec leur population derrière eux », a déclaré Okalia, ajoutant que,  » si ce n’est pas le cas, cela signifie que ces chefs n’existent pas. Et si vous n’existez pas comme un corps, comme un village, alors vous ne devriez pas être appelé un village ni être compté parmi les villages. » 

    « Je l’ai dit il y a deux ou trois ans, mais les chefs ont refusé de le faire parce qu’ils étaient encore des chefs bénévoles. Mais aujourd’hui, sachez que le volontariat est fini. La Tradition est là, mais vous êtes lié à l’état d’une obligation. Hein Chef? Vous savez de noé? Je ne veux pas divulguer ici. Mais nous nous comprenons les uns les autres », a déclaré Okalia avec un sourire simulé. 

    Sur un ton ferme, il profère une Menace subtile: « si vous ne faites pas ce que je vous dis, vous verrez 30 jours après, les conséquences de cette désobéissance. » 

    Okalia s’est tourné vers le maire de Buea, Ekema Patrick Esunge pour connaître le nombre de villages au sein de sa municipalité et la réponse du maire a mis des sourires sur son visage. Il a ensuite chargé le maire de préparer des pancartes portant les noms de tous les villages de Buea – pancartes qui seront portées par les chefs pendant qu’ils conduisent leurs kits et kins pendant le défilé de la fête nationale.
    « Alors, Seigneur maire, prépare les pancartes car bientôt ils diront qu’ils n’ont pas d’argent. Le préparer. Combien de villages avons-nous à Buea? Ah,une centaine de, les mettre sur des pancartes. Tous les chefs marcheront. Et ceux qui sont en exil à Douala ou Yaoundé, qu’ils y restent. Quand ils reviendront, ils trouveront quelqu’un d’autre comme chef », a décrété Okalia. 

    Dans un communiqué daté du 30 avril 2019, la Conférence des chefs du Sud-Ouest a condamné le Gouverneur pour avoir utilisé un tel ton en s’adressant aux gardiens des cultures et des traditions du peuple. Le Président de la Conférence des chefs du Sud-ouest, le chef Mafany Njie Martin, au nom de ses pairs, a déclaré que le gouverneur n’avait pas à leur rappeler leurs responsabilités civiques. 

    « Nous, les chefs du Sud-ouest, condamnons catégoriquement la manière avilissante et menaçante dont le gouverneur de la région du Sud-ouest nous a rappelé nos devoirs civiques habituels, que nous avons toujours accomplis avec diligence sans que quiconque nous en donne l’ordre », ont déclaré les chefs dans une déclaration en réponse à Okalia Bilai Bernard.

    Les chefs disent que leurs lois et coutumes autochtones ne leur permettent pas, en tant que dirigeants naturels, de passer devant les tribunes lors des cérémonies officielles. 

    « Nous nous dissocions complètement d’une telle représentation et nous rappelons au public que les traditions et les coutumes du peuple du Sud-ouest sont pleines de valeurs de respect, de tolérance, de noblesse et d’unité. Nous appelons donc notre population à rester calme et positive alors que nous attendons avec impatience d’accompagner l’État dans tous les événements nationaux comme nous l’avons toujours fait », ont déclaré les chefs. 

    Mais L’officier divisionnaire de Buea, Kouam Wakim Paul, a depuis condamné la lettre du 30 avril signée par le chef Mafany Njie Martin, le mettant en garde contre une « inconduite ».

    On ne sait pas quelle sera la réaction de l’administration au sujet de cette demande des excuses de la région du chef de l’exécutif.

    Source: cameroon-info.net

    Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

    Vidéo du jour:



    Laisser un commentaire