Abu Turab, destructeur des mausolées de Tombouctou, demande pardon pour sortir de prison

0

Ahmad Al Faqi Al Mahdi, également connu sous le nom d’Abu Turab, a été condamné à neuf ans de prison par la Cour pénale internationale en 2016. Il avait, entre autres, dirigé la destruction de neuf mausolées classés au patrimoine mondial de l’humanité à Tombouctou. C’était en 2012 ; en particulier, les groupes djihadistes Ansar Dine et Aqmi occupaient alors le nord du Mali. Ahmad Al Faqi Al Mahdi s’est excusé mardi pour la libération anticipée.

Au cours de ses six ans de détention – il doit en purger neuf – l’ancien chef de la brigade de la moralité d’Ansar Dine à Tombouctou est devenu un autre homme. C’est du moins ce qu’Ahmad Al Faqi Al Mahdi a prôné devant la CPI et a ajouté des excuses à son argumentation.

« Je suis ici pour exprimer mes regrets, ma peine et mes regrets pour tous les crimes que j’ai commis dans le passé. Ce repentir éveilla mon cœur et ma conscience. Je suis un homme changé. Je me tiens devant vous pour vous présenter mes plus sincères excuses. »

Et d’expliquer qu’il est détenu en exil, loin de sa famille, dans des conditions qu’il juge difficiles.

A lire aussi : Destruction des mausolées de Tombouctou : une déclaration sans surprise

Ahmad Al Faqi Al Mahdi avait accepté de plaider coupable et de coopérer pleinement avec la CPI, tant dans son cas que dans celui d’Al Hassan, un autre leader d’Ansar Dine à Tombouctou, dont le procès pour « crimes de guerre et crimes contre l’humanité » se déroule actuellement . en cours. Raisons pour lesquelles le procureur de la République soutient sa demande de libération anticipée.

Est-ce aussi le cas à Tombouctou ? Alpha San Chirfi, est un érudit de la Cité des 333 Saints et le représentant du mausolée Alpha Moya, qui fut détruit sous ses yeux en 2012 par celui surnommé alors Abou Turab.  » J’ai déjà pardonné. Tant que les mausolées seront reconstruits, il n’y aura plus de plaintes. Quand quelqu’un demande pardon, au milieu de musulmans et de croyants, on ne peut que lui pardonner. »

En mars dernier, le Fonds d’indemnisation de la CPI a été libéré 2,7 millions d’euros pour les victimes directes pour la destruction des mausolées et pour la ville de Tombouctou. Aucune date limite n’a été donnée pour la réponse de la CPI à la demande de libération anticipée d’Ahmad Al Faqi Al Mahdi.

.

#Abu #Turab #destructeur #des #mausolées #Tombouctou #demande #pardon #pour #sortir #prison

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire