Au Tchad, les syndicats de la magistrature suspendent leur grève

0

Après trois semaines de grève, les syndicats de la magistrature du Tchad libèrent la suspension de leur mouvement autorisé pour protester contre le climat d’insécurité dans lequel ils travaillent.

De notre correspondant à N’Djamena, Madjiasra Nako

Parmi les participants à l’assemblée générale, la plupart des magistrats très remontés ont plaidé pour que la grève soit prolongée. Depuis trois semaines, pas un seul militaire parmi ceux qui ont agressé des magistrats n’a été interpellé.

Les armes de poing qu’ils réclament pour leur protection n’ont toujours pas été mises à disposition, moins encore l’augmentation de leur salaire, qui n’est toujours pas efficace. Il n’y a donc aucune raison pour lever la grève, plaident les juges les plus remontés.

Donner du temps

Mais pour le président du Syndicat des magistrats du Tchad (SMT), Moussa Wadé Djibrine, il faut donner du temps au gouvernement pour tenir ses engagements : « Nous avons décidé de suspendre la grève pour un délai d’un mois pour donner la possibilité au gouvernement de bétonner les instructions fermes données par le chef de l’État. Nous sommes dans une lutte syndicale. Et en la matière, lorsque des perspectives s’offrent, il faut donner aux partenaires un délai raisonnable pour la concrétisation des revendications ».

En attendant, la grève est suspendue jusqu’au 6 mai. Tous les magistrats se plieront à la reprise de leurs activités. Mais d’ici là, de nombreux juges, qui n’acceptent pas la suspension de leur mouvement sans contrepartie, remettent et remettent en question la légitimité des directions de leurs syndicats respectifs.

lire aussi : Tchad grève : illimitée des magistrats après l’agression d’un de leurs confrères

#Tchad #les #syndicats #magistrature #suspendent #leur #grève

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire