Blinken en visite à Alger pour discuter du gazoduc Maghreb-Europe

0

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a effectué ce mercredi 30 mars une visite en Algérie, achevant une tournée régionale dans ce pays allié de la Russie. Arrivé en provenance du Maroc où il a fait étape mardi dans le cadre de sa tournée, Blinken s’est entretenu à Alger avec son homologue Ramtane Lamamra avant d’être reçu par le président Abdelmadjid Tebboune.

Les leçons de discussion à Alger portent entre-autres sur la possibilité d’augmenter la production de gaz algérien. Les discussions concernent aussi « la sécurité régionale » et en privé au Sahel, « la coopération commerciale ainsi que la situation des droits humains et des libertés fondamentales », avait indiqué le département d’État américain.

Cette visite intervient alors que les relations entre le Maroc et l’Algérie sont au plus bas niveau depuis des décennies et raison du conflit du Sahara occidental. Washington avait réitéré sa position au sujet du Sahara juste avant la tournée de Blinken, à savoir : l’appui de Washington au plan d’autonomie proposé par le Maroc pour résoudre ce conflit.

Le chef de la diplomatie américaine va tenter de convaincre Alger de rouvrir le gazoduc Maghreb-Europe acheminant le gaz algérien vers l’Espagne et transitant par le Maroc. Ce gazoduc est fermé depuis octobre dernier et l‘Algerie ne semble pas prête à le réutiliser† Lors d’une récente visite de la sous-secrétaire d’État américaine Wendy Sherman à Alger, les autorités lui ont opposé une fin de non-réception.

La position des États-Unis qui soutiennent le Maroc dans le conflit qui s’oppose au Polisario au Sahara occidental n’arrangera visiblement pas les choses. Selon Abdelaziz Mojahed, directeur de l’institut national d’études de stratégie globale : « la position d’Alger est fixe, ses décisions sont souveraines et il n’est pas possible de l’influencer.

L’Algérie n’est pas prête non plus techniquement à augmenter sa production de gaz. Abdelmajid Attar, l’ancien ministre de l’énergie confie au quotidien Ashourouk proche du pouvoir, que son pays est au maximum de sa capacité de produire. L’Algérie, affirme-t-il » ne pourrait actuellement, pour des raisons techniques, augmenter sa production. » Le plus, la meilleure question sensible qui pourrait compromettre ses relations avec la Russie. Elle subit actuellement des pressions de toutes les parties pour augmenter sa production de gaz afin de réduire la dépendance de l’Union européenne au gaz russe.


A lire : Le Sahara occidental et l’énergie au cœur de la visite de Blinken à Rabat et Alger

#Blinken #visite #Alger #pour #discuter #gazoduc #MaghrebEurope

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire