Centrafrique : ouverture du dialogue politique sans l’opposition

0

En République centrafricaine s’est ouverte, lundi 21 mars au matin, le dialogue républicain, promis de longue date par le président Touadéra, mais qui se fait finalement sans les principaux opposants politiques. Ces derniers ont, dans une déclaration dimanche, annoncé leur retraite, affirmant que leurs revendications, à savoir l’inclusion des groupes armés et l’inscription à l’ordre du jour de la crise post-électorale, n’avaient pas été satisfaites.

Avec notre correspondant BanguiCarole Valade

C’est sans les ténors de l’opposition que le dialogue a commencé, ce lundi matin, danse l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Plusieurs centaines de personnes étaient représentées : des membres du gouvernement, des députés, des diplomates… Il y avait aussi les anciens présidents Michel Djotodia et Catherine Samba-Panza, l’ancien chef de guerre Abdoulaye Hissène.

Le président du comité préparatoire, le ministre d’État, Obed Namsio, a dit regretter l’absence de l’opposition. Hormis deux représentants dans le présidium et malgré la « grande tendance du chef de l’État † † La porte est toujours ouverte », at-il lance.

Ce n’est pas un dialogue de trop, mais une chance de plus pour la paix », a déclaré le président Touadéra, avant de donner, d’un coup de clochette, le top départ pour trois jours de travail et commission puis trois jours de débats.

Les thématiques évoquées vont être très larges. L’objectif des organisateurs est de mettre un terme à la crise et de windowser la paix, sans préciser par quelles mesures concrètes, espérer qu’une solution naîtra des discussions.

#Centrafrique #ouverture #dialogue #politique #sans #lopposition

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire