Centrafrique : Touadera propose un référendum constitutionnel au nom des « aspirations populaires »

0

Le président centrafricain a délivré un message à la nation vendredi soir, à la veille du 62e anniversaire de l’indépendance. Le chef de l’Etat s’est présenté en défenseur de la souveraineté du pays et, quant à la loi fondamentale qui fait grand bruit à Bangui, « sensible aux aspirations profondes du peuple ».

Le 13 août est l’occasion de raviver la flamme de l’espoir » attaque Faustin-Archange Touadéra, « la manifestation de notre volonté commune de construire un État souverain et démocratique « , il continue. » Nous voulons prouver que nous sommes un peuple qui sait d’où il vient, un peuple qui sait où il va, un peuple qui sait ce qu’il veut. »

Et selon le chef de l’Etat, le peuple centrafricain veut un référendum constitutionnel : « Depuis le dialogue républicain de mars dernier, des voix s’élèvent pour réclamer une révision « , Selon lui. «  Notre corpus juridique n’est pas immuable. Elle doit s’adapter aux évolutions sociales, politiques, techniques et écologiques, tant au niveau national qu’international. ‘ croit-il encore.  » La représentation nationale s’est montrée sensible aux aspirations profondes du peuple exprimées à travers des pétitions et des marches de soutien », donc l’Assemblée « a demandé au gouvernement de lancer la procédure référendaire ».

« Je ne ferai rien sans la volonté du peuple qui possède la souveraineté nationale, ajoute Faustin-Archange Touadéra, Je ne peux cependant rester indifférent aux cris sincères de mon peuple, dépositaire par excellence du pouvoir souverain. Je t’ai écouté. Je prends note de vos demandes urgentes qui me parviennent de partout et réclament une nouvelle Constitution. »

Et pour finir: C’est au gouvernement de donner un préavis et d’agir à la demande de l’Assemblée nationale, je veux dire, votre demande. »

Serge Ghislain Djorie, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, justifie cette révision de la Constitution car certains articles font à tort référence au précédent gouvernement de transition : « En aucun cas, le terme  »transition » ne doit être mentionné dans une Constitution. Nous devons être honnêtes avec nous-mêmes et avec le reste du monde. Si une erreur matérielle a été commise, vous devez vous asseoir tranquillement, dire que vous avez péché et corriger. »

« Si une erreur matérielle a été commise, vous devez vous asseoir tranquillement, dire que vous avez péché et le corriger. »

{« mediaId »: »WBMZ199296-RFI-FR-20220813″, »sources »:[{« name »: »WBMZ199296-RFI-FR-20220813″, »url »: »https:\/\/aod-rfi.akamaized.net\/rfi\/francais\/audio\/modules\/actu\/202208\/CENTRAFRIQUE_Son_MATIN_Pif_REFORME_CONSTIT_DJORIE.mp3″}], »broadcastType »: »replay », »emission »:{« title »: » »}, »diffusion »:{« title »: »Centrafrique: Serge Ghislain Djorie justifie la volont\u00e9 de modifier la Constitution », »image »: » »}}

Centrafrique : Serge Ghislain Djorie justifie sa volonté de changer de constitution

Une « fraude politique »

Cette annonce n’est pas une surprise. Depuis plusieurs mois, elle fait l’objet de critiques de la part de l’opposition. Aux côtés de RFI, Martin Ziguélé, président du parti MLPC et ancien premier ministre, dénonce une « fraude politique du chef de l’Etat de s’octroyer un troisième mandat.

« Des manifestations ont été organisées le week-end dernier par les préfets et sous-préfets, un peu partout dans le pays, des députés de la majorité étant envoyés sur le terrain. C’était une mise en scène pour accréditer l’idée que l’amendement de la Constitution ou une révision de la Constitution viendrait à la demande populaire. C’est vraiment une arnaque politique. Le président Touadéra, ni en 2015 lors de la campagne électorale ni en 2020 lors de la dernière campagne, n’a fait état d’un quelconque problème qu’il rencontre dans l’exercice de ses fonctions de président de la République ou dans le fonctionnement des institutions de cette constitution. Personne n’a dit comment la constitution actuelle empêche le président de la république de remplir les obligations auxquelles il a été réélu. De plus, la question de la sécurité, la question de l’économie, de la misère, de la vie chère, des voies de transport ou encore des infrastructures… mille et un problèmes que nous avons dans ce pays et on nous dit qu’il c’est la Constitution qui a la priorité, qu’elle doit être révisée. Nous ne voyons pas le lien entre la Constitution et les problèmes actuels « , il croit.

Lire aussi : Centrafrique : Création du bloc républicain pour affronter un troisième mandat du président Touadéra

Crépin Mboli-Goumba, président du parti d’opposition Patrie et ancien candidat à la présidentielle de 2020, dénonce également une manœuvre de pouvoir pour ouvrir la voie à un troisième mandat du président Faustin-Archange Touadéra : L’arrière-pensée du président Touadéra est d’exclure certains candidats qui lui posent problème. Cependant, la limitation du nombre de mandats présidentiels et les conditions d’admission font l’objet de dispositions intangibles, qui ne peuvent donc pas être modifiées par la constitution de notre pays. On ne voit pas comment le Président de la République pourrait changer la Constitution sur la base de la violation de cette même Constitution. »

« J’espère que la Cour constitutionnelle pourra dire non. Ce serait une décision historique. Il s’agit de protéger la démocratie. »

{« mediaId »: »WBMZ199297-RFI-FR-20220813″, »sources »:[{« name »: »WBMZ199297-RFI-FR-20220813″, »url »: »https:\/\/aod-rfi.akamaized.net\/rfi\/francais\/audio\/modules\/actu\/202208\/CENTRAFRIQUE_Son_MATIN_Paf_REFORME_CONSTIT_MBOLI-GOUMBA.mp3″}], »broadcastType »: »replay », »emission »:{« title »: » »}, »diffusion »:{« title »: »Centrafrique: Cr\u00e9pin Mboli-Goumba d\u00e9nonce \u00ab l’arri\u00e8re-pens\u00e9e \u00bb du pr\u00e9sident Touad\u00e9ra », »image »: » »}}

Centrafrique : Crépin Mboli-Goumba dénonce les « arrière-pensées » du président Touadéra

Autre point de son intervention : Faustin-Archange Touadéra a souligné l’adoption de la loi sur les crypto-monnaies, une « opportunité incroyable pour le pays, a-t-il déclaré, et la récente levée de l’embargo sur les armes imposé par l’ONU aux militaires, qui, selon lui,  » une situation d’otage Il a particulièrement remercié certains pays et dirigeants amis, les troupes de la Minusca et les « forces bilatérales Russes et Rwandais.

#Centrafrique #Touadera #propose #référendum #constitutionnel #nom #des #aspirations #populaires

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire