Congo-B. : Brazzaville à la recherche de carburant

0

Depuis plus de dix jours, l’essence et parfois même le diesel se font rares aux pompes de Brazzaville, la capitale congolaise, où l’activité économique est perturbée. Les automobilistes s’interrogent sur les raisons de cette pénurie sans trouver de réponse de la part des autorités. Même le dernier Conseil des ministres du jeudi 5 mai n’a pas été sur le sujet.

Avec notre correspondant à Brazzaville, Loicia Martial

La nuit est tombée plus de deux heures. Dans cette station-service du centre de Brazzaville, la file de voitures s’étend sur une centaine de mètres.

Au bout de la rangée, Christ, un chauffeur de taxi de 30 ans, est épuisé. Mais il espère avoir quelques gallons d’essence.

Ici, j’essaie d’avoir le carburant avec lequel je peux sortir demain. Dernièrement, nous ne travaillons pas tous les jours, mais tous les deux jours. Aujourd’hui vous pouvez travailler, le lendemain vous n’aurez plus de carburant. Alors il faut le chercher il se plaint.

Conséquences de la pénurie : le trafic s’est fluidifié sur la plupart des artères de Brazzaville. Le tarif du taxi, habituellement fixé à 1000 FCFA, coûte désormais le double.

Les Kadhafis, c’est-à-dire les commerçants clandestins de carburant, en profitent : ils ont triplé le prix de 595 FCFA à la pompe à 2000 FCFA.

Une situation qui est loin d’aider ce chauffeur de taxi : « Vous avez besoin de carburant pour travailler. Je ne travaille pas. Il n’y a pas de recettes. Je suis bloqué. Ça ne marche pas à la maison, les enfants ne mangent pas et ils pleurent. Je suis bloqué à la gare depuis ce matin. je n’ai rien à manger il se plaint.

Des pénuries de carburant sont signalées presque chaque année à Brazzaville, parfois sans que le gouvernement n’en donne la raison.

#CongoB #Brazzaville #recherche #carburant

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire