Covid-19 : l’OMS pointe les difficultés de la vaccination en Afrique

0

L’Organisation mondiale de la santé met en garde contre une éventuelle troisième vague de Covid-19 en Afrique alors que les infections recommencent à augmenter dans 14 pays du continent et que seulement 0,54% de la population africaine est actuellement entièrement protégée par un vaccin. L’OMS reconnaît que le continent était mal préparé à cette phase vaccinale et trop dépendant du reste du monde. Près de 99% de la production de vaccins a lieu hors d’Afrique. Et produire localement prend du temps. Alors que certains pays du continent ont déjà épuisé leurs stocks.

Les pays africains souffrent d’une pénurie de vaccins et cela aurait pu être évité, selon le Dr Matshidiso Moeti, directeur de l’OMS en Afrique.  » On aurait pu se rendre compte plus tôt de l’insuffisance de la production par rapport aux besoins mondiaux. Et du coup, la décision de partager les doses disponibles aurait pu être prise plus tôt. Mais d’intenses négociations politiques sont actuellement en cours pour implanter des unités de production en Afrique. ».

Mais la réalisation de ces plans prendra du temps. Des accords viennent donc d’être signés avec les laboratoires Johnson & Johnson, Moderna, Novavax et Pfizer. Objectif : Réduire la dépendance de l’appareil Covax vis-à-vis du laboratoire Astra Zeneca et les délais de production et de livraison. Matshidiso Moeti appelle à la patience.  » Les difficultés devraient s’atténuer et les livraisons de vaccins devraient augmenter à partir de juillet/août. Ce sera mieux. »

Besoin urgent de 20 millions de doses

Tout de suite, retarder les campagnes de vaccination. Le docteur Richard Mihigo, responsable de la vaccination à l’OMS Afrique, est donc attractif pour les pays riches.  » Nous avons entendu beaucoup de belles promesses et de grands engagements de la part des pays à revenu élevé concernant le partage de leurs doses. Mais ces engagements tardent à se concrétiser à court terme. »

Il a rappelé que l’Afrique a un besoin urgent de 20 millions de doses pour délivrer une deuxième dose de vaccin à tous ceux qui ont reçu leur première injection. Le Tchad vient de recevoir sa première livraison de vaccins sous le système Covax. Il n’y a que 3 pays en Afrique qui n’ont pas eu accès aux vaccins. L’Érythrée, le Burundi et la Tanzanie n’ont pas encore rejoint le programme dirigé par l’OMS.

A lire aussi : Covid-19 : le Burkina Faso lance sa campagne de vaccination

L’Organisation mondiale de la santé dans son dernier rapport ce jeudi 3 juin, souligne une augmentation significative du nombre de cas de Covid-19 en RDC et plus précisément à Kinshasa. Bien que le nombre de cas reste relativement faible, il s’agit d’une forte augmentation par rapport aux chiffres des dernières semaines.

244 nouveaux cas confirmés dans le pays, dont 161 à Kinshasa.

Le professeur Jean-Jacques Muyembe, coordinateur de la lutte contre le Covid-19 en RDC, évoque ce phénomène et ses conséquences dans les hôpitaux de la capitale, au micro de Charlotte Cosset. « Cela s’est traduit par un inventaire, surtout dans nos hôpitaux qui sont vraiment surchargés. Le taux d’occupation est à moins de 100 %. Et la positivité parmi les voyageurs entrants et sortants est également très élevée. Nous souhaitons donc prendre des mesures pour renforcer les gestes barrières auprès de la population. En ce moment, par exemple, nous avons des problèmes avec la variante indienne. La variante indienne prend de plus en plus d’importance. Nous verrons comment nous pouvons vraiment ralentir cet afflux de voyageurs positifs. Notre problème en ce moment est qu’il y a un manque d’oxygène. Il s’agit pourtant d’un élément très important pour la bonne gestion des cas de Covid. Le fait que les équipes soignantes ne perçoivent pas leur prime de motivation freine aussi quelque peu la réaction face à cette troisième vague ».

.

#Covid19 #lOMS #pointe #les #difficultés #vaccination #Afrique

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire