Home Actualité internationale Afrique CPI : Joseph Kony jugé par défaut
Afrique

CPI : Joseph Kony jugé par défaut

La CPI autorise l’ouverture de l’audience de confirmation des charges contre Joseph Kony

Les juges de la Cour pénale internationale ont donné leur accord pour l’ouverture de l’audience de confirmation des charges contre le chef de guerre fugitif ougandais Joseph Kony. Ce dernier, âgé de 62 ans, est le fondateur et chef de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) et est visé par 36 chefs d’accusation de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

Un fugitif recherché depuis plus de 20 ans

Joseph Kony est le fugitif le plus ancien de la CPI, avec un mandat d’arrêt émis contre lui en 2005. Pendant près de deux décennies, la LRA a semé la terreur en Ouganda et dans les pays voisins, causant la mort d’environ 100 000 personnes selon l’ONU. Malgré les accusations portées contre lui, Joseph Kony clame son innocence et reste en liberté.

La procédure de confirmation des charges au stade préliminaire permettrait d’accélérer l’affaire contre un suspect introuvable, mais elle n’est applicable que dans des circonstances exceptionnelles. Si les charges sont confirmées, l’affaire ne pourra passer au procès que si l’accusé est présent devant la Chambre de première instance de la CPI.

Mots clés: CPI, Joseph Kony, crimes de guerre, crimes contre l’humanité, LRA, fugitif, Ouganda, audience de confirmation, procédure judiciaire, terreur.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Santé

réécris moi en français le texte suivant sous forme d’un article de blog en ligne en au moins 1500 caractères avec un style professionnel sans partie pris dans l’écriture, conserve les citations, à la fin propose moi aussi 5 titre:ALERTE : un médicament tué au Cameroun, six autres pays africains l’interdisent:Un rappel de sirop contre la toux destiné aux enfants, fabriqué par Johnson & Johnson en 2021, a été annoncé par les autorités pharmaceutiques de six pays africains. Cette décision fait suite à la détection de niveaux élevés d’une substance toxique et potentiellement mortelle dans le produit. Les régulateurs pharmaceutiques de Tanzanie et du Zimbabwe ont récemment rejoint la liste des pays rappelant le sirop par mesure de précaution, bien que l’Autorité de contrôle des médicaments du Zimbabwe n’ait pas trouvé de trace de l’importation du sirop dans le pays. La semaine précédente, l’Agence nationale nigériane pour l’administration et le contrôle des aliments et des médicaments (Nafdac) avait lancé un rappel d’un lot de sirop Benylin Pediatric après avoir détecté la présence de la substance toxique diéthylène glycol. Suite à cela, le conseil des pharmacies du Kenya a également ordonné l’arrêt de la vente du sirop sur son territoire. Les autorités antidrogue d’Afrique du Sud et du Rwanda ont ensuite emboîté le pas en rappelant le sirop au cours du week-end. Le diéthylène glycol a été associé à des décès d’enfants récents au Cameroun et en Gambie, selon un rapport cité par la BBC, entraînant des lésions rénales aiguës et pouvant conduire à la mort en cas de consommation humaine. Le sirop Benylin Pediatric rappelé, identifié sous le numéro de lot 329304, a été fabriqué en Afrique du Sud en mai 2021 avec une date de péremption fixée à avril 2024. Les autorités ont également mentionné que le lot 329303 était concerné, vendu en Afrique du Sud, à Eswatini, au Rwanda, au Kenya, en Tanzanie et au Nigeria. Kenvue, l’entreprise désormais propriétaire de la marque de sirop Benylin Pediatric, a déclaré qu’elle coopérait avec les autorités et menait ses propres tests pour évaluer la situation, selon l’agence de presse Reuters.

Categories

A LIRE AUSSI ...

Le Niger considère la présence américaine sur son sol comme « illégale »

Le Niger révoque l’accord de coopération militaire avec les États-Unis Le régime...

Ouganda : La CPI ordonne des réparations pour les victimes d’Ongwen

La Cour pénale internationale accorde des réparations aux victimes d’Ongwen La Cour...

La Cour pénale internationale ordonne des réparations pour les victimes d’un chef rebelle ougandais

La CPI accorde des réparations aux victimes d’un ancien commandant rebelle ougandais...

Élection présidentielle au Sénégal : Sonko désigne Faye comme son successeur

Au Sénégal, Ousmane Sonko désigne son successeur à un mois de la...

[quads id=1]