Démission du Premier ministre centrafricain

0
16

Le Premier ministre centrafricain Firmin Ngrebada a annoncé la démission de son gouvernement, six mois après la réélection controversée du président Faustin Archange Touadéra.

« On saura dans quelques heures si le premier ministre est reconduit dans ses fonctions par le présidentAlbert Yaloké Mokpémé, le porte-parole de la présidence, a indiqué à l’AFP.

M. Ngrebada avait précédemment écrit sur Twitter qu’il avait remis sa démission et celle de son gouvernement au chef de l’Etat.

Cet ancien directeur de cabinet du président Touadéra occupait le cabinet du Premier ministre depuis février 2019. Il a été l’un des grands artisans de l’accord de paix de Khartoum en février 2019 entre les autorités et les groupes armés qui contrôlaient alors 80% du territoire.

Touadéra a été réélu au premier tour le 27 décembre 2020 avec 53,16% des voix, mais dans un scrutin qui, selon l’opposition, a été interrompu par des fraudes et auquel moins d’un électeur sur trois a pu participer, au milieu de la rébellion offensive dans un pays ravagé par la guerre civile, qui a pourtant sensiblement baissé en intensité depuis 2018.

Dans le deuxième pays le moins développé au monde selon l’ONU, les principaux groupes armés s’étaient réunis au sein de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC) pour renverser le régime de M. Touadéra.

Mais ils ont rencontré des troupes bien plus importantes et lourdement équipées : quelque 12.000 casques bleus de la mission de maintien de la paix de l’ONU en République centrafricaine (Minusca) présents depuis 2014, ainsi que des centaines de soldats rwandais et paramilitaires russes de passage dans leurs territoires respectifs pays fin décembre pour secourir M. Touadéra et une armée démunie.

– Rivalité franco-russe –

Depuis lors, l’armée du président à peine réélu a repris une grande partie de plus des deux tiers du territoire auparavant contrôlé par des groupes rebelles, mais uniquement grâce au déploiement de renforts russes.

Depuis 2018, la Russie concourt en République centrafricaine sous l’influence de la France, l’ancienne puissance coloniale, en investissant davantage dans l’extraction minière et notamment dans la coopération militaire.

La semaine dernière, le Premier ministre s’est rendu à Saint-Pétersbourg, en Russie, pour attirer encore plus d’investissements russes dans le pays.

Dans le même temps, la France avait confirmé le gel de son aide budgétaire et la suspension de sa coopération militaire avec cet Etat centrafricain, statuant « complice« d’une campagne anti-française menée par Moscou.

Aux élections législatives, le parti Mouvement des Cœurs Unis (MCU) de M. Touadéra a remporté une majorité relative, mais est resté loin d’une majorité absolue. Des proches du chef de l’État ont été élus à des postes clés à l’Assemblée.

Comme à l’Assemblée sortante, le nombre d’élus est sans étiquette ni « indépendant « , dont certains du parti au pouvoir, devraient souvent voter en faveur du gouvernement lors de votes clés, selon des politologues centrafricains.

Les intérêts économiques et humanitaires du pays sont immenses. L’ONU estimait fin mai que près de la moitié de la population en « situation d’insécurité alimentaire« , à cause de l’épidémie de coronavirus, mais aussi à cause de la situation sécuritaire.

Sur les 4,9 millions d’habitants, « plus de 630 000 personnes sont en situation d’urgence, ce qui signifie qu’elles risquent (…) d’aller chercher leurs enfants à l’école ou de mendieront estimé l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

#Démission #Premier #ministre #centrafricain

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: