Ghislaine Dupont et Claude Verlon : déception des proches après la mort de Baye Ag Bakabo

0
8

La ministre des Armées Florence Parly a annoncé vendredi 11 juin la mort du cadre djihadiste d’Aqmi Baye Ag Bakabo, le commandant qui a enlevé nos confrères Ghislaine Dupont et Claude Verlon le 2 novembre 2013 à Kidal dans le nord du Mali. Mais pour leurs proches, la mort du djihadiste prive nombre de réponses.

Le ministre des Armées a déclaré que dans la journée du 5 juin, les soldats de Barkhane ont découvert la préparation d’une opération terroriste dans le nord du Mali à Aguelhok visant une position de la Minusma. Une opération qui a conduit à l’élimination de 4 terroristes dont Baye Ag Bakabo. C’est cet homme qui conduisait la camionnette utilisée pour l’enlèvement de Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Leurs corps ont été retrouvés moins de deux heures plus tard, à une quinzaine de kilomètres de Kidal.

Après l’annonce de l’élimination de ce leader djihadiste, la déception et la tristesse ont prévalu pour Danièle Gonod, la présidente de l’Association des Amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Les proches de nos confrères se posent encore de nombreuses questions.

« Depuis le début, on s’interroge sur les motivations des ravisseurs. Un simple méchant djihadiste nous a dit que l’argent avait été avancé. Mais Ghislaine et Claude ont également travaillé sur des dossiers difficiles. Ils ont été kidnappés lorsque les otages ont été libérés d’Arlit. Nous devons donc savoir quels étaient les vrais motifs, peut-être que l’argent était la priorité, mais peut-être que ce n’était pas le seul motif. Nous avons beaucoup de questions sur les circonstances de l’enlèvement, la poursuite des ravisseurs, comment ils sont morts. Nous avons besoin de cette vérité. Les familles, les associations et les amis ne seront satisfaits que lorsque nous aurons un minimum d’informations sur la vérité de cette tragédie. »

Des questions auxquelles Baye Ag Bakabo aurait pu répondre, souligne Marie Dosé, avocate de l’Association des amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon.  » On aurait aimé le voir dans une cabine de cour d’assises pour justifier ses actes, répondre à nos questions et à celles des magistrats. C’est tout ce que cette opération nous prend. On nous a volé sa version, son explication. C’est le coeur de l’opération du kidnapping du meurtre de Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Nous avions tellement peur que cette opération nous prive un jour de la vérité. C’est ce qui se passe. Toutes les questions restent sans réponse et c’est ce qui est terrible pour les partis bourgeois. L’enquête se poursuit, continue d’instruire le juge d’instruction. Il y a d’autres personnes impliquées, il y a d’autres personnes à interroger, entendre et juger. Nous l’espérons certainement. »

Reporters sans frontières n’est pas non plus satisfait de l’annonce du décès.  » Il ne participera pas à la manifestation de la vérité, au contraire, considère Arnaud Froger comme responsable du bureau Afrique de RSF. C’est un témoin, peut-être même un haut fonctionnaire qui disparaît. Là où RSF et les proches de Ghislaine et Claude attendent de savoir ce qui s’est passé et c’est une forme de réponse judiciaire. Malheureusement, si les protagonistes et les responsables de cet enlèvement et de ce double meurtre meurent et disparaissent les uns après les autres, il n’y aura pas de justice et il sera peut-être difficile d’éclairer toutes les zones d’ombre qui entourent encore ce double meurtre. »

Assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon : le commandant tué par l’armée française

.

#Ghislaine #Dupont #Claude #Verlon #déception #des #proches #après #mort #Baye #Bakabo

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: