Home Actualité internationale Afrique L’Algérie accueille un défilé historique pour le 60e anniversaire de son indépendance
Afrique

L’Algérie accueille un défilé historique pour le 60e anniversaire de son indépendance

L’Algérie fêtera le 60e anniversaire de son indépendance ce mardi 5 juillet en grande pompe. Après avoir déposé une gerbe au Sanctuaire des Martyrs à Alger, le président Abdelmadjid Tebboune a évalué les unités de plusieurs forces de sécurité avant de donner le coup d’envoi d’un défilé militaire d’une ampleur sans précédent.

Avec notre correspondant à Alger Fayçal Mettaoui

Le président Abdelmadjid Tebboune et ses invités, dont les présidents tunisien, nigérien et congolais, ont quitté la tribune officielle érigée à côté de la principale mosquée sur la RN 11 à la sortie est de la capitale. Le défilé a réuni les forces aériennes, navales et terrestres, la Garde républicaine et les formations représentant les écoles militaires.

Le défilé a commencé par un spectacle aérien, avec la participation de Su-30MKA, de chasseurs Su-24, d’avions de transport Ilyushin et d’avions de transport Ilyushin de fabrication russe, DC130, avions américains. L’armée algérienne est largement équipée d’armes russes, dont les chars T-55 et T-90 qui sont présents dans le défilé.

► À écouter aussi : Appels sur l’actualité – Algérie : 60 ans d’indépendance

Sous une forte présence policière, les Algériens se sont rassemblés en masse sur la Promenade des Sablettes pour assister au défilé, certains portant des drapeaux. Certains prenaient des photos. Depuis les bâtiments environnants, on pouvait voir des familles se rassembler au niveau du balcon pour regarder le défilé, le premier en 33 ans. Cela a pris deux heures.

Certaines routes d’Alger ont été fermées pendant cinq jours, causant de nombreux désagréments aux automobilistes.

Quel paysage politique 60 ans plus tard ?

L’Algérie est une démocratie de façade, caractérisée par une forte répression, selon Madjid Benchir, ancien doyen de la faculté de droit d’Alger. Le multipartisme a remplacé le système de parti unique à la fin des années 1980. Même si aujourd’hui, le FLN reste le parti avec le plus grand nombre de sièges à l’Assemblée nationale.

Des dizaines de partis ont été agréés, mais peinent à exister. Pour Louisa Dris Aït Hamadouche, professeur à la faculté des sciences politiques d’Alger, ces partis ne pouvaient pas déboucher sur une véritable alternative politique. Elle note que leurs marges de parole se sont encore rétrécies depuis 2019 et que les voix de l’opposition sont quasiment « inaudibles ». Les médias et les partis politiques sont sous pression, parfois même jusqu’à des poursuites.

Plusieurs chercheurs estiment que le président Abdelmadjid Tebboune n’a pas pu former d’ouverture après les 20 ans au pouvoir d’Abdelaziz Bouteflika, dont il a été plusieurs fois ministre. Les présidents vont et viennent, dit Madjid Benchir, mais le système de leadership algérien ne change pas.

#LAlgérie #accueille #défilé #historique #pour #60e #anniversaire #son #indépendance

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Violence meurtrière : Un militaire tué dans une bagarre sanglante

Un soldat a perdu la vie dans une rixe qui a éclaté...

Les promesses trahies :Bayero Fadil a-t-il manipulé Papa Kona?

Dans un récit captivant, le lanceur d’alerte Boris Bertolt dévoile les coulisses...

Mindjos Momeny : un directeur sans retenue ni responsabilité?

Le directeur de la Chambre d’agriculture, des pêches, de l’élevage et des...

Xavi secoue le Barça : un coup de tonnerre après le Clasico !

Xavi secoue le Barça en changeant tout juste après le Clasico. Un...

[quads id=1]