L’armée française a-t-elle aidé l’Egypte à traquer les civils ?

0

La ministre des Armées Florence Parly a demandé l’ouverture d’une enquête suite à la publication d’un article dans Disclose. Selon le site de recherche, l’Egypte utiliserait les renseignements de la France pour bombarder des trafiquants à la frontière libyenne, et non des djihadistes.

L’accord était à l’origine secret. En 2016, la France et l’Egypte ont lancé une opération, nom de code : Sirli. Objectif : détecter la présence de groupes islamistes le long de la frontière avec la Libye. Une équipe française, équipée d’un avion espion et de quelques analystes, a écouté les conversations interceptées le long de cette frontière particulièrement poreuse. Il s’agissait d’évaluer la menace terroriste.

Selon Rendre le site de recherche public, l’équipe française s’est vite rendu compte que les informations recueillies étaient principalement utilisées pour cibler des civils soupçonnés de trafic. Au moins 19 attentats à la bombe perpétrés par les Égyptiens seraient ainsi liés aux renseignements français.

Conditions  » sévère »

Suite à ces révélations, le ministère des Armées a demandé une enquête. Elle doit  » se concentrer sur deux parties Cela dit le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à l’issue du conseil des ministres. « La justice sera saisie sans délai « Sur la première partie, le » violation flagrante du secret de la défense nationale « Mais l’enquête interne devra également le faire. » vérifier que les règles établies pour cette coopération en matière de renseignement, les mesures prises pour assurer leur application ont été effectivement mises en œuvre ».

Dans le cadre de la coopération franco-égyptienne dans le domaine du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, le déploiement de moyens répond aux exigences » sévère « et défini » tres précis », « connu de notre partenaire et régulièrement rappelé » remarqua Gabriel Attal.  » Soyons très clairs : les affaires intérieures qui n’ont rien à voir avec le contre-terrorisme n’entrent pas dans le cadre de cette mission de renseignement. »

Paris est dans une situation délicate. Si l’Egypte est un partenaire majeur de la France, elle est aussi l’un de ses plus gros clients commerciaux d’armes.

A écouter : détournement de l’aide militaire française par l’Egypte : « Dans les coulisses de la collaboration »

.

#Larmée #française #atelle #aidé #lEgypte #traquer #les #civils

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire