Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken entame sa tournée africaine en Afrique du Sud

0

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, est en Afrique du Sud pour entamer sa deuxième tournée africaine. Une tournée pour renouer avec le continent, pour tourner définitivement la page Trump et contrebalancer l’influence de la Russie et de la Chine.

Avec notre correspondant à Johannesburg, Claire Bargelès

Après avoir visité dimanche un site commémorant les émeutes de Soweto, le gros de la visite débutera lundi : le secrétaire d’Etat devrait prononcer un discours liminaire devant l’université de Pretoria et son homologue sud-africain, le ministre Naledi, Meet. pandor, au  » dialogues stratégiques entre les deux pays.

Si ces discussions étaient régulières dans le passé, elles ont cessé d’exister sous la présidence de Donald Trump, peu intéressé par les relations avec l’Afrique. Il semble donc que l’administration Biden veuille repartir du bon pied, avec l’un de ses alliés sur le continent.

Mais les deux nations ne sont pas toujours d’accord diplomatiquement, notamment sur le front de la guerre en Ukraine, dont il sera question. La nation arc-en-ciel, qui fait partie des BRICS, a toujours refusé de condamner la Russie, préférant une position neutre.

Il devrait également s’agir d’échanges économiques, car les États-Unis sont le troisième partenaire commercial de l’Afrique du Sud – après la Chine et l’Allemagne – et l’une des principales sources de touristes internationaux pour le pays.

Enfin, c’est aussi à l’occasion de ce dialogue qu’Antony Blinken doit présenter la « nouvelle stratégie pour l’Afrique » des Etats-Unis, qui vise à renforcer l’influence de Washington face à des puissances rivales, sans pions sur l’échiquier politique.

Pourquoi Blinken commence-t-il sa tournée africaine en Afrique du Sud ?

Car depuis la présidence de Jacob Zuma, l’Afrique du Sud » s’est un peu rapproché de la chine et de la russie se souvient Bob Wekesa, directeur adjoint de l’African Center for American Studies à Johannesburg. Le pays entretient toujours de bonnes relations avec les puissances occidentales, mais c’est un  » allié des pays BRICS », souligne le chercheur, qui « estime que les conseillers américains veulent redéfinir et revigorer les relations La position de l’Afrique du Sud après l’invasion de l’Ukraine en est un excellent exemple.

Quant à la nouvelle stratégie américaine sur l’Afrique, elle a tardé à se dévoiler, et quand l’annonce est enfin faite ici, en Afrique du Sud, c’est sans doute pour utiliser le pays comme plate-forme pour que cette stratégie soit entendue à travers le continent dit Bob Wekesa.

Une analyse partagée par Steven Gruzd, de l’Institut sud-africain des relations internationales. En effet, a-t-il dit, choisir l’Afrique du Sud comme première étape est dû à une volonté de tourner la page de l’administration Trump et de contrebalancer l’influence des autres pays.

Trump n’était pas très intéressé par l’Afrique. Jusque-là, des dialogues stratégiques étaient organisés régulièrement entre l’Afrique du Sud et les Etats-Unis, plus ou moins chaque année, mais il n’y en a plus depuis 2015. Cependant, l’Afrique du Sud est toujours considérée comme l’un des pays les plus importants du continent, c’est pourquoi la tournée africaine du secrétaire d’État Bliken commence ici, avant de se poursuivre dans deux autres pays. Sans oublier que l’Afrique du Sud a adopté une position assez neutre sur la guerre en Ukraine et a refusé de condamner publiquement la Russie. On peut donc supposer que cette question fera partie des échanges, mais il n’est vraiment pas certain que le ministre Blinken réussira à faire changer d’avis le pays. La Russie est un partenaire stratégique important, tout comme la Chine, premier partenaire commercial de l’Afrique du Sud, elle n’est donc pas près de changer de position.

{« mediaId »: »WBMZ197740-RFI-FR-20220807″, »sources »:[{« name »: »WBMZ197740-RFI-FR-20220807″, »url »: »https:\/\/aod-rfi.akamaized.net\/rfi\/francais\/audio\/modules\/actu\/202208\/AFRIQUE_DU_SUD_Son_SOIR_Blinken_analyste_pourquoi_commencer_par_8_7_2022-15.mp3″}], »broadcastType »: »replay », »emission »:{« title »: » »}, »diffusion »:{« title »: »L’analyste Steven Gruzd de l\u2019Institut sud-africain des relations internationales », »image »: » »}}

Analyste Steven Gruzd de l’Institut sud-africain des relations internationales

Antony Blinken poursuivra ensuite sa visite en RDC en milieu de semaine, où il doit évoquer les problèmes d’insécurité dans l’est du pays. Des questions qui devraient le hanter jusqu’à la fin de sa tournée, puisqu’elle se terminera au Rwanda, où sera également évoqué le sort de Paul Rusesabagina, le héros du film Hotel Rwanda. Dans ces deux pays, les discussions devraient également porter sur la lutte contre le réchauffement climatique, l’insécurité alimentaire et les pandémies.

#chef #diplomatie #américaine #Antony #Blinken #entame #tournée #africaine #Afrique #Sud

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire