Les Nigérians face à l’effondrement de leur réseau électrique

0

Depuis le début de la semaine, le Nigeria a fait face à un effondrement quasi complet de son réseau électrique national. Une situation catastrophique dans un contexte marqué par l’explosion des prix du carburant qui sert à alimenter les générateurs, désormais seule source d’énergie. Car le Nigeria est beau être le premier producteur de brut en Afrique, le pays importe la quasi-totalité de son carburant raffiné. Le prix de l’essence – massivement subventionnée – reste stable, mais le prix du diesel, lui, s’est envolé.

Avec notre correspondant à Lagos, Liza Fabbian

Tout semble presque normal dance ce snack de Lagos. Les lumières sonores allumées et l’air conditionné fonctionnent. Mais à quel prix ? Ces deux dernières semaines, le prix du diesel qui alimente le générateur de l’établissement a quasiment triplé. † À la base, le diesel coûte environ 40 centimes le litre. Mais d’un seul coup, il s’est mis à coûter 80 centimes. Et là, il est passé à presque 1,60 euros.

Henry est le comptable de ce snack. Il décrit l’enfer quotidien pour s’approvisionner en énergie. † Quand il n’y a pas d’électricité à mon bureau, nous passons sur le générateur au diesel. Quand il n’y a plus, nous utilisons des batteries. Chez moi aussi, je fais tourner mon générateur tous les jours, car j’ai un bébé qui ne supporte pas cette chaleur. Mais avec la pénurie d’essence dernièrement, c’était l’enfer. Une fois, je suis sorti à 7 heures du matin pour chercher du carburant et je ne suis revenu qu’à 17 heures le soir.

Depuis deux semaines, les charges de l’atelier de couture d’Anas Musa Muhammed ont été multipliées par trois. Faute d’électricité, ce petit notable doit faire tourner ses générateurs jour et nuit. † Ça a commencé à se dégrader au début de l’année. Parfois, on avait cinq minutes d’électricité par jour, pas plus. Parfois, des semaines entières sans lumière du tout. La seule solution, c’est d’utiliser les générateurs, il n’y a pas d’alternative. On ne va pas rester la à rien faire. Avant, on pouvait tenir une journée de travail entière avec 10 euros d’essence pour nos deux générateurs. Aujourd’hui, je dépense plutôt 32,33 euros et les générateurs tournent 24 heures sur 24, sept jours sur sept.

C’est un système qui, structurellement, est problématique et qui n’arrive pas à sortir de ces problèmes. Donc par moments, il suffit d’un impondérable pour que tout le système dérape et que ça provoque un blackout

{« mediaId »: »WBMZ148493-RFI-FR-20220317″, »sources »:[{« name »: »WBMZ148493-RFI-FR-20220317″, »url »: »https://aod-rfi.akamaized.net/rfi/francais/audio/modules/actu/202203/NIGERIA_Son_MATIN_raisons_blackout_par_Philippe_Sebille_Lopez.mp3″}], »broadcastType »: »replay », »emission »:{« title »: » »}, »diffusion »:{« title »: »Philippe Su00e9bille Lopes, directeur du cabinet Gu00e9opolia et spu00e9cialiste des enjeux de gu00e9opolitique u00e9nergu00e9tique »}}

Philippe Sébille Lopes, directeur du cabinet Géopolia et spécialiste des enjeux de géopolitique énergétique

Dans le quartier Populaire et densité peuplé d’Obalende, beaucoup ont du mal à se nourrir. Même les prix de l’eau ont terriblement augmenté, selon Olaitan Olokowo, le président de l’association des propriétaires dans ce quartier pauvre. † Je dois prêter mon générateur pour faire fonctionner la pompe qui permet de tirer l’eau du puits. Avant, cette eau se négociait 40 centimes les 12 bouteilles d’eau. Aujourd’hui c’est 2 euros.

Une crise qui pèse sur les foyers les plus démunis, s’inquiète Olaitan Olokowo. † Les problèmes ont commencé fin décembre, rappelle-t-il. C’est difficile pour les communautés leaders de voir de plus en plus de gens mendier. C’est très triste. Si vous venez ici la nuit, verset minuit, 1 heures, vous vergez les gens dormir dans leur voiture ou bien dormir dans la rue, pour essayer de trouver un peu d’air frais.

Au milieu de cette crise sans précédent, le ministre des finances nigérian a confirmé ce week-end la suppression totale des subventions sur l’électricité, dont les tarifs ont légèrement augmenté au mois de février. Ce mercredi, Le président nigérian Muhammadu Les excuses publiques de Buhari pour les difficultés rencontrées font face aux Nigérians actuellement.

C’est quelque chose de structurall. Les dénominations de courant ont toujours été très répandues au Nigeria. En moyenne, un ménage ou une entreprise fait face à environ 30 dénominations par mois. Les pannes sont plutôt liées à l’incapacité du réseau à répondre à la forte demande d’électricité des consommateurs…

{« mediaId »: »WBMZ148491-RFI-FR-20220317″, »sources »:[{« name »: »WBMZ148491-RFI-FR-20220317″, »url »: »https://aod-rfi.akamaized.net/rfi/francais/audio/modules/actu/202203/NIGERIA_Q_R_SOIR_QR_analyste.mp3″}], »broadcastType »: »replay », »emission »:{« title »: » »}, »diffusion »:{« title »: »Hugo Le Picard, chercheur u00e0 lu2019IFRI sur le du00e9veloppement des systu00e8mes u00e9lectriques en Afrique »}}

Hugo Le Picard, chercheur à l’IFRI sur le développement des systèmes électriques en Afrique

#Les #Nigérians #face #leffondrement #leur #réseau #électrique

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire