Madagascar : un rapport localise la classe politique et ses financements

0

A Madagascar, la Commission de contrôle du financement de la vie politique, qui est chargée de la transparence des fonds de campagne des candidats aux élections, vient de publier son dernier rapport. Et les conclusions de la commission sont définitives, la classe politique se moque des lois et le régime prend plaisir à maintenir un système de contrôle dysfonctionnel.

Avec notre correspondant à Antananarivo, Sarah Tétaud

L’organe de surveillance a été créé en 2018, année des élections présidentielles. À ce stade, 64 % des candidats avaient remis leur rapport de campagne. Trois ans plus tard et cinq élections plus tard, lors des élections sénatoriales, aucun des candidats n’a pris la peine d’honorer ses engagements, malgré les rappels des membres de la Commission de contrôle du financement de la vie politique.

« C’est un mépris pour la loi qu’ils ont adoptée, et c’est un mépris pour les électeurs qu’ils représentent ou représenteront. », dit Rado Milijaona, le président du comité.

La loi prévoit que chaque candidat doit désigner un trésorier et présenter un compte, notamment en vue de lutter contre le blanchiment d’argent et la corruption. « Il est clair que le non-respect de toutes ces dispositions est une violation directe et flagrante d’une loi organique, c’est-à-dire un complément à la Constitution. « , il ajoute.

► À lire aussi : Madagascar : Le rapport éclaboussant les politiciens et leurs relations vagues

Si ces infractions sont commises à la connaissance de tous, c’est aussi parce que le système est défectueux. Aucune condamnation n’est prévue pour les auteurs et le comité n’a pas ce rôle. De plus, les moyens d’action sont extrêmement limités.

« Non seulement les ressources financières ou matérielles manquent, mais il faut d’abord commencer par les ressources juridiques. Existe-t-il des sanctions en cas de constatation par le comité d’anomalies, notamment de défaut de remise des comptes ? La réponse est non » explique M. Milijaona.

Mais aussi le manque de ressources humaines, matérielles et financières ralentit le travail de ce comité.  » Il a été créé pour sembler répondre aux exigences de la communauté internationale. Concrètement, ce système ne fonctionne pas aujourd’hui. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas de volonté politique a démissionné de son poste de président.

2022 sera une année charnière pour les membres de l’organe de surveillance, qui prendront bientôt le relais dans une nouvelle équipe. Un an pour faire tous les ajustements pour que le mécanisme électoral fonctionne mieux, avant la grande échéance des élections présidentielles de 2023.

.

#Madagascar #rapport #localise #classe #politique #ses #financements

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire