Mali : la Minusma pourra-t-elle sonder à Moura ?

0

Plus les 200 jihadistes tués, une cinquantaine d’interpellations. C’est le bilan officiel de l’opération militaire malienne dit la dernière semaine sur le village de Moura, danse le centre du Mali. Mais cette action antiterroriste fait aussi l’objet de très nombreuses allégations de violences commises par les soldats maliens et leurs supplétifs russes. La Mission des Nations unies au Mali (Minusma) souhaite mener une enquête, mais rien n’est encore garanti.

Il y a un imbroglio autour des demandes d’autorisations », explique une source onusienne impliquée dans l’organisation de la mission censée poller à Moura, qui espère que les autorités politiques et militaires maliennes finiront par donner leur feu vert.

L’armée malienne affirme ouvrir des enquêtes de manière systématique et des cas d’allégations d’exactions portées contre la fama, mais les défenseurs des droits humains, maliens et internationaux, tiennent à une enquête indépendante. Indépendant et rapide.

Car certaines sources locales craignant que le temps qui passe puisse être mis à profit pour dissimuler des preuves ou faire pression sur les habitants. Les témoignages faisant état de corps brûlés et enterrés à la chaîne dans des fosses communes ont déjà laissé penser que le nombre précis de victimes sera long et difficile à établir.

Difficile d’enquête

Il est toujours possible d’enquêter à distance, d’identifier et d’entendre des témoins, explique tout de meme un habitué de ce genre de travail. Mais évidemment, c’est moins précis † Par le passé, la Minusma a pu enquêter sur de nombreuses allégations d’exactions commises par les forces maliennes ou françaises, comme à Bounty, il y a un peu plus d’un an. Le rapport onusien s’était montré accablant pour la force Barkhane. Mais l’arrivée de supplétifs russes aux côtés des soldats maliens et le secret entretenu par Bamako autour de leurs activités ont limité l’accès à certaines informations et à certaines zones.

Lorsque l’armée malienne est venue faire un assaut, il était important que notre armée républicaine agisse pour pouvoir bien identifier, cibler les terroristes, les neutraliser et ne pas faire un amalgame. Cet amalgame, au lieu de rassurer la population, a eu pour conséquence négative l’éloignement de ces populations-là.

{« mediaId »: »WBMZ155284-RFI-FR-20220404″, »sources »:[{« name »: »WBMZ155284-RFI-FR-20220404″, »url »: »https://aod-rfi.akamaized.net/rfi/francais/audio/modules/actu/202204/MALI_Son_MATIN_Son_I_Sacko_PSDA_Opposition_Moura.mp3″}], »broadcastType »: »replay », »emission »:{« title »: » »}, »diffusion »:{« title »: »Ismau00ebl Sacko (Parti socialiste du00e9mocrate africain): u00abIl y a une bonne partie de la population civile qui a u00e9tu00e9 prise pour cibleu00bb »}}

Ismaël Sacko (Parti socialiste démocrate africain) : « Il y a une bonne partie de la population civile qui a été prise pour cible »

► À lire aussi : Que s’est-il réellement passé à Moura ?

#Mali #Minusma #pourratelle #sonder #Moura

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire