Mali: l’opposition appelle à des élections au plus vite

0

En marge de la visite du facilitateur de la CEDEAO Goodluck Jonathan au Mali, un grand nombre de partis politiques et d’associations se sont réunis mercredi 5 janvier 2022 pour exprimer leur rejet du calendrier qui prévoit une prolongation de cinq ans de la transition. Au cours d’une conférence de presse unitaire pour la défense de ‘lprincipes démocratiques du pays », Ils exigent un retour à l’ordre constitutionnel par des élections dans les plus brefs délais.

Avec notre correspondant à Bamako, Kaourou Magassa

Au siège du Parti de la Renaissance nationale, la Parena, une dizaine de personnalités de tous bords politiques comparaître devant la presse. Tous réunis ici pour  » condamner les tendances dictatoriales »De la part des autorités actuelles et de leur projet de prolonger la transition.

« Totalement irrecevable »

En première ligne, Djiguiba Keita est le champion de la défense de la démocratie : « Des gens arrivés au pouvoir dans la rue et qui veulent s’imposer par la ruse, de 18 mois à cinq ans, ça dépasse l’entendement. C’est un recul totalement inacceptable. »

La plupart des organisations présentes avaient boycotté les Assises nationales de la Réforme et rejeté les conclusions. Pour Amadou Koita, président du Parti socialiste malien, l’organisation des élections du 27 février 2022 aurait dû être la norme.

« On se rend compte que ces autorités de transition ne sont pas à la hauteur de leur mission. Nous devons donc nous retrouver en tant que Maliens, décider d’une nouvelle feuille de route, et avoir de nouvelles autorités de transition dont la seule tâche est de sécuriser le pays et d’organiser des élections présidentielles et surtout législatives pour un retour à l’ordre constitutionnel » a déclaré Amadou Koita.

Le risque de sanctions sur toutes les lèvres

Dans cette rencontre, le risque de sanctions de la communauté internationale sur le Mali est sur toutes les lèvres. C’est le cas de Zeynab Evelyne Jacques, vice-présidente de l’Alliance républicaine pour le progrès : Nous ne sommes pas seulement dans une crise économique, mais aussi socio-culturelle et aussi terroriste, donc une sanction serait très présente pour les Maliens et insupportable. »

Pour défendre ces idéaux, un rassemblement est prévu ce samedi devant le monument aux martyrs de la révolution de 1991. Le même jour, les partisans d’une expansion envisageaient de manifester pour montrer leur soutien aux autorités à la veille du sommet. chefs d’Etat de l’instance sous-régionale, CEDEAO.

.

#Mali #lopposition #appelle #des #élections #vite

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire