Martin Bakole : « Tony Yoka est un bon boxeur, mais je suis meilleur que lui »

0

Martin Bakole affrontera le Français Tony Yoka le 15 janvier 2022 à Paris. Discrètement dans les médias, le boxeur congolais de 28 ans, 17e au classement des poids lourds BoxRec, explique à RFI à quel point ce combat est important dans sa carrière.

C’est le plus grand défi de la carrière de Tony Yoka, champion olympique de boxe 2016. Le 15 janvier 2022, les Français s’affronteront à Paris. Martin Bakole, qui remplace le Camerounais Carlos Takam a été blessé.

Bakole, 28 ans, en a vu d’autres. En 17 combats professionnels (16 victoires, 1 défaite), celui qui vit et s’entraîne en Ecosse a déjà défié des boxeurs confirmés comme l’Américain Michael Hunter en 2018 ou le Russe Sergey Kuzmin en 2020. Et il a servi de sparring-partner à deux. des stars de la discipline, Le Britannique Anthony Joshua et l’Ukrainien Oleksandr Usyk.

« Tony Yoka est un bon boxeur, mais je suis meilleur que lui, assure rfi.fr l’habitant de Kananga (centre de la RDC). je ne pense pas beaucoup à elle Son entraîneur, Billy Nelson, a estimé que Yoka était un… bonne technique mais boxe toujours comme un amateur ? Bakole, il ne se risque pas sur ce terrain.  » C’est l’opinion de mon entraîneur, queil évacue. Il compte déjà 11 combats, dont 9 KO. C’est un beau défi pour moi ».

Il ressent juste un peu de sympathie pour celui-là dont le père est un ancien boxeur congolais. « C’est mon frère, oui, et nous nous serrerons la main à la fin du combat. Mais tout ce qui compte pour moi c’est la lutte » prévient Martin Bakole.

Reconnu mais pas toujours connu

Allez Tony Yoka, Martin Bakole peine à gravir la hiérarchie des poids lourds. Il est 17ème dans le classement BoxRec, tandis que le tricolore est 19ème. Les meilleurs de la classe ont tendance à éviter ces deux-là. Car c’est sans doute trop risqué et pas encore assez rentable pour les rencontrer.

« Chaque combat dans la vie est très importantestimé Bakole. Celui-ci est vraiment un combat pour moi. Je n’arrêtais pas d’interpeller le Tony Yoka, le Derek Chisora ​​​​et même tous les boxeurs qui sont mieux classés que moi. Ça va être un bon combat pour Tony et moi ».

En tout cas, il doit lui permettre de se forger une notoriété dans de nouveaux pays. Car celui qui est le petit frère du champion du monde WBC cruiserweight, Makabu junior, a certainement boxé en Afrique du Sud, en Belgique, aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne, en Pologne ou aux Emirats Arabes Unis. Mais il reste relativement méconnu des amateurs d’art noble en France.  » ça ne m’étonne pas, souligne-t-il, dans un mélange de français et d’anglais. Tout au long de ma carrière, j’ai combattu à l’étranger. Il n’y avait pas de supporters pour me soutenir ».

En RDC, bien sûr, il a ses fans. Mais il est clair que nous ne les trouvons pas dans les échelons supérieurs du pouvoir.  » Depuis que j’ai commencé la boxe, je n’ai jamais eu de réel soutien de mon pays, notamment du ministère des Sports, dit Martin Bakole. Pas moi en tout cas. Ils m’ont peut-être oublié »…

« je serai champion du monde »

Pas sérieux. L’homme de six pieds deux compte sur lui avant de compter sur le soutien de son pays pour briller.  » Cela dépend principalement de mon travail et de mes qualités, il dit. Je peux au moins te promettre que je deviendrai champion du monde « . A partir de 2022 ? » Je serais si heureuse, dit-il avec enthousiasme. Je pense que je vais me battre pour un titre mondial cette année. C’est mon rêve après tout Une victoire sur Tony Yoka ouvrira sans doute déjà les portes du Top 15 mondial.

.

#Martin #Bakole #Tony #Yoka #est #bon #boxeur #mais #suis #meilleur #lui

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire