Nigeria : les experts de l’ICG font le point sur Boko Haram, un an après la mort de Shekau

0

Depuis la mort d’Abubakar Shekau, le chef historique de Boko Haram, au mois de mai 2021, les rapports de force ont changé dans le nord-est du Nigeria. Désormais, le groupe État islamique et Afrique de l’Ouest, l’Iswap, domine la région. La prise de la forêt de la Sambisa – l’ancien bastion de Shekau – par les hommes de l’État Islamique, a poussé de nombreux anciens combattants à se rendre aux autorités. Mais ces redditions massives sont difficiles à gérer pour les autorités et le manque de prise en charge adéquate risque de pousser certains de ces hommes à retourner rapidement au jihadisme, selon le dernier rapport de l’International Crisis Group.

Avec notre correspondant à Lagos, Liza Fabbian

Plus les 35 000 « terroristes repentis » se sont rendus au cours de ces neuf derniers mois, selon le gouverneur de l’État de Borno, Babagana Zulum, qui s’exprimait dans le cadre d’un colloque international. Sauf que ces chiffres impressionnants masquent une réalité plus complexe.

Effectivement, la majorité de ces « sortants » sont des femmes, retenues captives pendant des années par Boko Haram, ainsi que leurs enfants. Un certain nombre d’agriculteurs résidant dans les zones anciennement contrôlées par les hommes d’Abubakar Shekau ont également pu s’enfuir après la mort du chef jihadiste.

A lire : La mort d’Abubakar Shekau, chef de Boko Haram, réalisée par un groupe jihadiste rival

Les anciens combattants actifs sont beaucoup moins nombreux, environ 2 000, selon les spécialistes. Armée et autorités assurent que ces repentis sont interrogés avant d’être réhabilités. En réalité, le programme Safe Corridor géré par l’armée nigériane a déjà atteint le maximum de ses capacités.

Jusque-là, femmes et enfants ont été rapidement renvoyés dans leurs communautés d’origine. Les transfuges de Boko Haram, eux, sont placés dans des camps de transit au cœur même de la ville de Maiduguri – Certains ont été relâchés très vite après avoir juré qu’ils renonçaient à l’idéologie jihadiste, s.

A lire : Après la mort d’Abubakar Shekau, quel avenir pour Boko Haram ?

L’État islamique de l’Afrique de l’Ouest a récupéré une bonne partie du territoire occupé par Shekau, notamment dans la Sambisa, une grande forêt au centre du Borno où il était installé. Là où s’est plus compliqué, c’est d’une part dans les montagnes Mandara, à la frontière avec le Nigeria et le Cameroun, et puis sur le Lac Tchad.

{« mediaId »: »WBMZ153428-RFI-FR-20220330″, »sources »:[{« name »: »WBMZ153428-RFI-FR-20220330″, »url »: »https://aod-rfi.akamaized.net/rfi/francais/audio/modules/actu/202203/NIGERIA_Q_R_DOSSIER_SOIR_V__Foucher_rapport_ICG_apres_Shekau_faire_3_30_2022-16.mp3″}], »broadcastType »: »replay », »emission »:{« title »: » »}, »diffusion »:{« title »: »Vincent Foucher, chercheur au CNRS »}}

Vincent Foucher, détective au CNRS

#Nigeria #les #experts #lICG #font #point #sur #Boko #Haram #après #mort #Shekau

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire