Nigeria. Une nouvelle attaque contre la police alimente les tensions séparatistes

0

La police nigériane a de nouveau été prise pour cible dans le sud-est du pays. Un inspecteur de police est décédé dimanche 18 septembre dans une embuscade tendue par des hommes armés dans la ville d’Onitsha, dans l’État d’Anambra, une zone ravagée par les tensions séparatistes.

Cette nouvelle attaque policière intervient dans un contexte déjà tendu dans le sud-est du Nigeria, où les autorités affirment que plus de 100 policiers ont été tués depuis le début de l’année. L’attaque n’a pas été revendiquée, mais pour Abuja, il ne fait aucun doute que le Mouvement pour l’indépendance du Biafra (IPOB) est derrière les attaques.

Leurs revendications se sont multipliées fin juin après l’arrestation de leur leader Nnamdi Kanu. Et depuis le 9 août, l’Ipob appelle tous les lundis les habitants de Zuidoost à rester chez eux en signe de protestation. Le président Muhammadu Buhari s’est même rendu dans la région il y a deux semaines. Pourtant, les tendances à l’indépendance restent fortes.

De son côté, le principal groupe séparatiste dément : à travers un communiqué, il rappelle que sa branche armée, l’ESN, n’est qu’une milice civile d’autodéfense mise en place pour cibler la population de «  Bergers Peuls « Vous au nord.

Ces attaques contre la police ravivent les blessures de la guerre du Biafra.  » Sous les yeux de toute une génération, de notre génération, il y a le même printemps qui a conduit à la guerre civile du Biafra au Nigeria en 1967. : l’injustice. Nous constatons que 97% de la nouvelle génération d’origine Igbo sont fatigués, ils ne sont pas intéressés par le soi-disant Nigeria » note le camarade Igboayaka Igboayaka, président du Conseil des jeunes d’Ohanaeze, qui regroupe toutes les communautés Igbo.

Aucun président n’a jamais été de l’ethnie Igbo, ce qui est perçu comme une injustice dans cette région. Ce week-end, plusieurs gouverneurs du Sud ont annoncé qu’ils ne soutiendraient aucun candidat du Nord, faisant craindre de nouvelles tensions à l’approche de l’élection présidentielle de 2023.

Le gouvernement Buhari devient de plus en plus un gouvernement du Nord. (…) Le sentiment d’être abandonné augmente

{« mediaId »: »WBMZ86740-RFI-FR-20210920″, »sources »:[{« name »: »WBMZ86740-RFI-FR-20210920″, »url »: »https://aod-rfi.akamaized.net/rfi/francais/audio/modules/actu/202109/NIGERIA_Q_R_Dossier_le_Sud_du_Nigeria_en_proie_aux_tensions_separatistes.mp3″}], »broadcastType »: »replay », »emission »:{« title »: » »}, »diffusion »:{« title »: »Olufemi Vaughan, professeur u00e0 Amherst College aux u00c9tats-Unis. »}}

Olufemi Vaughan, professeur à l’Amherst College aux États-Unis.

.

#Nigeria #Une #nouvelle #attaque #contre #police #alimente #les #tensions #séparatistes

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: