Home Actualité internationale Afrique ONU : perspectives revues à la hausse, sauf en Afrique
Afrique

ONU : perspectives revues à la hausse, sauf en Afrique

Selon le rapport mi-2024 partagé par l’ONU, l’économie mondiale devrait croître de 2,7 % cette année. En janvier dernier, les prévisions annonçaient une hausse de 2,4%, qui devrait s’établir à 2,8% en 2025.

La croissance projetée pour 2024 est similaire à celle de 2023, mais reste inférieure aux 3 % enregistrés avant le début de la pandémie de COVID-19 en 2020.

« Nous sommes optimistes, mais nous devons rester prudents », a déclaré Shantanu Mukherjee, directeur de la division d’analyse et de politique économique de l’ONU, lors d’une conférence de presse pour présenter le rapport.

Les prévisions de l’ONU pour 2024 sont inférieures à celles du Fonds monétaire international et de l’Organisation de coopération et de développement économiques. Mi-avril, le FMI prévoyait que l’économie mondiale continuerait de croître de 3,2 % en 2024 et 2025, au même rythme qu’en 2023. Début mai, l’OCDE annonçait une croissance de 3,1 % en 2024 et de 3,2 % en 2025.

Dans son rapport, l’ONU prévoit également une croissance de 2,3% aux Etats-Unis en 2024, contre 1,4% annoncés au début de cette année. En Chine, l’institution prévoit une légère hausse. Le pays passerait ainsi d’une prévision de 4,7% en janvier à 4,8% pour l’année.

Des attentes différentes en Afrique

En revanche, le rapport prévoit une croissance économique africaine de 3,3 %, en baisse par rapport aux 3,5 % prévus début 2024. Le rapport évoque de faibles perspectives pour les plus grandes économies du continent – ​​l’Égypte, le Nigeria et l’Afrique du Sud – et pour sept pays africains « en 2024 ». fardeau de la dette » et 13 autres avec « un risque élevé de problèmes d’endettement ».

M. Mukherjee a déclaré que la baisse des prévisions pour l’Afrique est « particulièrement inquiétante parce que le continent abrite environ 430 millions de personnes vivant dans l’extrême pauvreté et que près de 40 % de la population mondiale est sous-alimentée » et que « les deux tiers des pays à forte inflation la liste dans notre mise à jour se trouve également en Afrique.

Pour les pays en développement, le directeur du département d’analyse et de politique économique de l’ONU affirme que la situation n’est pas « si catastrophique » mais que le déclin continu et la forte baisse de la croissance des investissements constituent une préoccupation majeure.

#ONU #perspectives #revues #hausse #sauf #Afrique

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Kylian Mbappé fait sa révérence à Joselu au Real Madrid… Serhou Guirassy a tranché pour son avenir

Kylian Mbappé fait sa révérence à Joselu au Real Madrid… Serhou Guirassy...

Sports : Maurice Kamto lance enfin sa manœuvre pour sauver le pays

Maurice Kamto a publié un texte qu’il intitule « Déclaration sur la...

[quads id=1]