Parfait Siki en prison : La secte exposée derrière le coup, Eto’o complètement impuissant, voici pourquoi!

0

Le journaliste camerounais Parfait Siki a des ennuis. L’homme des médias est accusé d’un acte menacé d’emprisonnement et d’amende. Il a déjà été incarcéré à la prison centrale de Kondengui à Yaoundé.

Une situation qui fait beaucoup parler, d’autant plus que le prisonnier est passé par la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) sous la présidence de l’ancien lion irrépressible Samuel Eto’o Fils.

Le webjournaliste Michel Biem Tong tire les leçons de l’arrestation et de la détention provisoire de Parfait Siki. Il les partage avec la communauté Facebook dans un post le jeudi 03 novembre 2022.

Leçons du cas Parfait Siki

En tant que journaliste et ancienne victime de l’appareil de répression camerounais, je ne me réjouirai jamais du malheur d’un collègue pris dans les pincettes de la justice.

Mais nous, journalistes (professionnels ou non), devons apprendre à rester en dehors des querelles de clans et de réseaux autour du pouvoir ou de l’argent. Dans ce cas, il s’agit de l’argent que le football génère.

Hormis cet emprisonnement temporaire, inutile et arbitraire de Nicolas Parfait Siki, c’est un sombre cabinet qui rôde dans le palais présidentiel d’Etoudi.

Il veut utiliser les anciens associés de Samuel Eto’o Fils, l’actuel patron de la Fédération camerounaise de football, pour provoquer la chute de cette dernière, devenue un obstacle pour profiter sereinement des revenus du football camerounais, dont il a profité. autrefois.

Oui, le management et la popularité de Samuel Eto’o Fils dérangent Etoudi. Mais il est regrettable que des collègues soient entraînés dans ces luttes avec des intentions égoïstes et dans le seul but de nuire aux autres.

Quoi qu’il en soit, l’espoir des journalistes camerounais que Reporters sans frontières ou le Comité de protection des journalistes se saisiront de cette affaire pour que Parfait Siki soit libéré et traduit en justice dans un procès équitable et juste.

Michel Biem Tong a relayé la une du quotidien Mutations, qui écrivait en titre : « Comme Kafka, parfait Siki à Kondengui ».

Le journal explique : « L’ancien secrétaire général par intérim de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) a été inculpé de possession d’un document administratif avec intention de le falsifier et placé sous mandat de dépôt provisoire.

Rf:camerounweb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire