Élection présidentielle en RDC : les candidats à la conquête de l’Est troublé

0

Une campagne électorale mouvementée en RDC

Dans l’Est de la République démocratique du Congo, la campagne électorale pour l’élection présidentielle du 20 décembre bat son plein malgré les conflits armés et les craintes de violences. Les candidats attirent les foules dans des villes comme Bunia, Bukavu, Butembo, Beni et Goma, qui sont pourtant en proie à des violences depuis près de 30 ans. Malgré ces tensions, les électeurs sont appelés à élire leur président ainsi que les députés nationaux et provinciaux et les conseillers municipaux.

La sécurité, une préoccupation majeure

Les habitants de l’Est de la RDC attendent des candidats à la présidence qu’ils restaurent la sécurité dans la région. Cependant, le débat sur cette question n’a pas encore suscité beaucoup d’enthousiasme, en raison de l’absence de programmes de gouvernance clairement établis. Moïse Katumbi, l’un des candidats en lice, critique le bilan sécuritaire du président sortant Félix Tshisekedi, notamment face à la rébellion du M23. Cette situation préoccupante met en lumière l’importance de la sécurité dans cette campagne électorale.

Des candidats engagés pour la paix et la lutte contre la corruption

Denis Mukwege, prix Nobel de la paix en 2018, a lancé sa campagne dans sa ville natale de Bukavu, dans le Sud-Kivu. Il promet de lutter contre la corruption, de mettre fin à la guerre et à la famine. Martin Fayulu, candidat malheureux à la présidentielle de 2018, continue de revendiquer la victoire et appelle la population à « barrer la route » à Tshisekedi. Les discours des candidats mettent en avant la nécessité de mettre fin à la violence et de promouvoir la paix dans la région.

Présidentielle, RDC, candidats, sécurité, violences, élection, gouvernance, Moïse Katumbi, Félix Tshisekedi, M23, Denis Mukwege, corruption, guerre, famine, Martin Fayulu, paix.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:

Laisser un commentaire