RCA : un ancien fonctionnaire de la Séléka à la Cour pénale internationale

0

La date du procès n’a pas encore été fixée. Mahamat Saïd est accusé de  » crimes humanitaires  » et de  » crimes de guerre Dédié lorsqu’il commandait le Bureau pour la répression du banditisme à Bangui, en 2013, sous la présidence de Michel Djotodia.

Avec notre correspondant à La Haye, Stéphanie Maupas

Les juges ont confirmé sept chefs d’accusation de torture, traitements cruels, privation de liberté, persécution et autres actes inhumains. Entre avril et août 2013, Mahamat Saïd et ses hommes, sous son commandement, auraient agressé les partisans présumés de l’ancien président François Bozizé.

Selon la décision des juges, les victimes ont été arrêtées, détenues et agressées dans les locaux de l’OCRB, la brigade de répression du banditisme. Brigade dirigée par Mahamat Saïd. Les victimes, accusées d’être des mercenaires de François Bozizé, auraient été flagellées et leurs familles rançonnées.

Frais rejetés

Toutes ces charges ont été confirmées, mais les juges ont en revanche rejeté les charges de crimes commis contre Cedad, une agence de renseignement mise en place par le président Djotodia après son arrivée au pouvoir.

Le procureur a accusé Mahamat Saïd d’avoir interrogé et agressé au moins 33 partisans présumés de François Bozizé. En particulier, les juges ont noté que les témoins clés n’avaient fait aucune mention de la présence du suspect sur les lieux. Avant de rejeter ces allégations.

Mahamat Said a été livré à la CPI en janvier 2021 et est désormais formellement inculpé. Son procès devrait avoir lieu en 2022, mais les juges n’ont pas encore fixé de date.

.

#RCA #ancien #fonctionnaire #Séléka #Cour #pénale #internationale

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire