RDC : flou dans l’organisation et les objectifs des discussions de Nairobi

0

Les consultations de paix se sont poursuivies samedi dernier à Nairobi. Une dizaine de groupes ont participé aux travaux du lundi, originaires pour l’essentiel du Sud-Kivu. D’autres groupes armés, en provenance du Nord Kivu et de l’Ituri sont toujours attendus. Le week-end, le secrétariat des syndicats généraux des Nations Antonio Guterres a exhorté tous les groupes armés locaux de la RDC à « participer » à ce processus politique. Et en coulisses, les nombreux spécialistes de la région soulignent cependant le « flou » qui règne autour de l’organisation de ces discussions.

Avec notre correspondant à Nairobi, Florence Moricea

Sur l’objectif final tout le monde est d’accord : ramener la paix dans l’Est de la RDC. Mais sur la méthode, et la nature exacte du processus en cours, sur note un certain flottement. Le Kenya, qui joue le rôle de facilitateur parle dans ses communiqués d’un « dialogue de paix intercongolais † Kinshasa préfère le terme de « consultations » et exige des participants une « reddition inconditionnelle » fermant ainsi la porte à toute idée de négociations.

La liste des participants ne semble pas avoir été établie à l’avance. Elle s’allonge de jour en jour au grès des arrivées. † Tous les groupes armés qui acceptent de cesser les hostilités sont les bienvenus » explique Giscard Kusema, porte-parole adjoint de la présidence. Reste que cela donne au processus  » un parfum d’improvisation » déplore un diplomate.

D’autant que ces participants ont des profils variés : du groupe armée connu et actif, au groupuscule quasi inconnu, en passant par des chefs traditionnels venus d’Ituri. † On ne comprend pas exactement la stratégie », estime Jason Stearns, directeur du groupe d’étude sur le Congo (GEC) de l’université de New York.

Sans oublier le flou autour de la participation de la branche principale du M23 (la branche Makenga), qui représente l’une des principales menaces à la sécurité dans l’Est de la RDC mais ne prend plus part aux travauxchassé depuis samedi par le gouvernement congolais.

Depuis samedi, et la reprise des affrontements entre le M23 et les FARDC, les deux délégués du mouvement présents dans la capitale kényane n’ont plus pris part aux discussions. Ils démentent cependant avoir été exclus le samedi de la salle où se déroulaient les échanges. Ils parlent d’une  » suspension » et se disent et attentifs de la suite.

Il n’y a pas eu de rencontre directe entre nous depuis ce jour-là, ce qui est dommage. Nous sommes tous frères. Mais on attend jusqu’à ce qu’on nous dise la suite. On est là, on cherche la paix, on est là pour ça. On attend jusqu’à ce qu’on nous appelle. (…) La facilitation a suspendue et elle regarde comment est-ce qu’on peut faire.

{« mediaId »: »WBMZ163185-RFI-FR-20220426″, »sources »:[{« name »: »WBMZ163185-RFI-FR-20220426″, »url »: »https://aod-rfi.akamaized.net/rfi/francais/audio/modules/actu/202204/RD_CONGO_Son_MATIN_M23_suspendu_des_discussions_de_Nairobi_mais_4_25_2022-15.mp3″}], »broadcastType »: »replay », »emission »:{« title »: » »}, »diffusion »:{« title »: »Lawrence Kaniyuga, porte-parole de la du00e9lu00e9gation du M23 Makenga »}}

Lawrence Kaniyuga, porte-parole de la délégation du M23 Makenga

#RDC #flou #dans #lorganisation #les #objectifs #des #discussions #Nairobi

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire