RDC : Manifestations sociales contre les violences contre les journalistes

0

Correspondant de RFI à Kinshasa Mercredi 15 septembre, le patient Ligodi a été confronté à des brutalités policières lors d’une manifestation de l’opposition. Une vingtaine d’intellectuels, journalistes et militants de la société civile de ce pays signent une tribune intitulée « RDC : les journalistes ne sont pas des criminels » dans Jeune Afrique.

Les signataires de la chronique publiée dans Jeune Afrique faire en sorte que la violence contre les journalistes soit une pulsion autoritaire qui doit être stoppée en punissant sévèrement les auteurs. Ils condamnent les violences contre les journalistes et la société civile, qui se multiplient en toute impunité. C’est le signe que «  La démocratie congolaise est en danger », ont déclaré les signataires.

Bienvenue Matumano, signataire au nom de la société civile La Lucha, craint que cette répression ne prenne une tournure autoritaire :  » Les brutalités policières répétées contre les journalistes montrent que notre démocratie est en déclin, car la liberté de la presse est l’oxygène d’une démocratie. A partir du moment où les journalistes ne peuvent pas faire leur travail librement et les manifestants ne peuvent pas faire leurs activités librement, cela montre que le pouvoir utilise des méthodes autoritaires. »

► À lire aussi : RDC : après les manifestations d’opposition et de répression, l’heure du bilan

Peur de l’intensification de la violence

Le député de la Lucha rappelle le contexte électoral qui approche dans le pays et redoute une année chaotique en 2023 : « Nous sommes très inquiets, surtout parce que dans quelques mois il y a un processus électoral qui sera important dans notre pays. Et si nous commençons à réprimer les manifestants aujourd’hui et si nous faisons maintenant taire les journalistes. Cela menace d’inaugurer un processus chaotique. Nous sommes déjà en train de verrouiller ou du moins de vérifier la Ceni, nous sommes très inquiets. »

Ils appellent les autorités à garantir la sécurité des journalistes. Bienvenu Bakumanya, signataire de la plateforme au nom des correspondants des médias internationaux en RDC, craint que l’approche de la date des élections n’entraîne une recrudescence des violences à l’encontre des journalistes : « Nous craignons que la répression brutale ne s’intensifie. […] Les autorités doivent vraiment pouvoir donner des instructions claires pour protéger les journalistes et les défenseurs des droits humains. »

« Ce que nous avons dit à travers ce forum et à travers le public par le ministre congolais des médias Patrick Muyaya : « Ne considérez pas les journalistes comme vos adversaires ou vos amis. Nous ne le sommes pas. Nous sommes là pour faire notre travail en toute indépendance et liberté. Vous, la puissance publique, nous garantissez la sécurité dont nous avons besoin. » « 

.

#RDC #Manifestations #sociales #contre #les #violences #contre #les #journalistes

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: