République centrafricaine : les ménages durement touchés par la hausse des prix

0

Alors que les dirigeants politiques centrafricains sont déchirés par le projet de nouvelle constitution soutenu par la présidence, beaucoup ont une préoccupation immédiate : la hausse des prix du marché. En 2021, l’inflation s’élevait officiellement à 4,3% dans le pays, selon la Banque mondiale. Un rythme raisonnable, mais depuis quelques mois, l’inflation se fait sentir beaucoup plus fortement sur de nombreux produits de consommation courante.

Avec notre envoyé spécial à Bangui, François Mazet

Dans les ruelles du quartier Lakouanga, commerçants et clients ont l’air gris. Habiba sort d’un moto-taxi pour partager son désarroi :  » Tout a augmenté. Viande, même les petits poissons que nous appelons  »mort vivant ». Tout est cher ! Même le manioc ! »

Pour Livia, engagée dans le tressage d’une jeune cliente, le prix d’achat des mèches a augmenté de 10%, comme pour tous les produits importés :  » Surtout l’huile. Le pétrole est très cher. Aujourd’hui, le litre de pétrole coûte 1 500 francs CFA, alors qu’avant il coûtait 700 ou 800 francs CFA. »

Coûts de transport importants

La République centrafricaine est un pays enclavé et son réseau routier est vétuste. Les frais de transport suivent en conséquence. En tant que commerçant, Célestin est obligé de répercuter les augmentations : « Il est relatif aux grossistes. On dit que c’est lié aux tracas routiers, aux douanes… Prenons l’exemple du pétrole : le bidon de 25 litres c’était 35 litres. 000 FCFA [53,50 euros] en début de semaine il est désormais à 42 000 FCFA [64,25 euros]. »

Résultat : beaucoup doivent se limiter quand les salaires stagnent. C’est le cas de Raphaël qui a quatre enfants à charge et des cousins ​​:  » Nous vivons sur un Calvaire qui ne dit pas son nom. Dans chaque ménage, les gens ne réussissent à manger qu’une seule fois. Comme on ne mange qu’une fois, à partir de 15h, tout le monde doit être là. Ceux qui ne sont pas là n’ont pas droit à la justice. »

Et à la rentrée, les fournitures scolaires ajoutent un poids supplémentaire à des portefeuilles souvent creux.

L’école m’a donné des listes, mais je n’avais pas l’argent pour toutes les nécessités. J’ai calculé, ça fait 35 500 francs CFA [54, 30 euros].

{« mediaId »: »WBMZ208952-RFI-FR-20220919″, »sources »:[{« name »: »WBMZ208952-RFI-FR-20220919″, »url »: »https:\/\/aod-rfi.akamaized.net\/rfi\/francais\/audio\/modules\/actu\/202209\/61_-_CENTRAFRIQUE_Enrobe_difficiles_courses_pour_la_rentree_scolaire_-.mp3″}], »broadcastType »: »replay », »emission »:{« title »: » »}, »diffusion »:{« title »: »Difficiles courses pour la rentr\u00e9e scolaire \u00e0 Bangui », »image »: » »}}

Difficile rentrée des courses à Bangui

►À lire aussi : En Centrafrique, la crise du carburant affecte les opérations humanitaires

#République #centrafricaine #les #ménages #durement #touchés #par #hausse #des #prix

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire