Somalie: Farmajo arrête de prolonger son mandat

0


/ * css personnalisé * / .td_uid_2_608c815bbfd9e_rand.td-a-rec-img {text-align: left; } .td_uid_2_608c815bbfd9e_rand.td-a-rec-img img {marge: 0 auto 0 0; }

Le président somalien, Mohamed Abdullahi, dit « Farmajo », vient de renoncer à sa demande de prolonger son mandat de deux ans, décision politique qui a déclenché des combats de clans à Mogadiscio entre les soldats qui l’ont soutenu et ses opposants. Dans un discours prononcé au pays, il a appelé à de nouvelles élections présidentielles.

Le président somalien Mohamed Abdullahi, connu sous le nom de « Farmajo », a appelé mercredi 28 avril 2021 à un retour au dialogue et à la tenue d’élections alors que son pays est confronté à une violence politique sans précédent. Il a déclaré qu’il comparaîtrait au parlement samedi prochain pour rétablir l’accord du 17 septembre 2020 sur un cadre électoral proposé, qui annulerait la prolongation de deux ans de son mandat adoptée par les députés le 12 avril.

L’accord de 2020 fait référence à un processus par lequel les anciens du clan sélectionnent les députés des circonscriptions, qui à leur tour élisent les députés fédéraux qui élisent ensuite un président. « Je voudrais réaffirmer, comme je l’ai fait dans le passé, que nous avons toujours été prêts à faire en sorte que les élections se déroulent de manière opportune et pacifique en Somalie », a déclaré le président somalien Mohamed Abdullahi « Farmajo ».

Le président a également exhorté les forces de sécurité à assurer le bien-être et la protection de la population civile et à éviter «toute action qui pourrait conduire à l’insécurité» pour la stabilité de la nation. Plusieurs civils ont récemment fui les violences craignant que les Shebabs exploitent le vide sécuritaire.

N’oubliez pas que l’impasse électorale s’est transformée en affrontements armés dimanche soir alors que les combattants de l’opposition alliée ont érigé des barrages routiers dans plusieurs districts de Mogadiscio. Le président et les dirigeants du Puntland et du Jubaland, deux des cinq États semi-autonomes de la Somalie, sont en désaccord sur la manière de tenir les élections.

Les deux États semi-autonomes de Galmudug et Hirshabelle ont officiellement rejeté la prolongation du mandat présidentiel et appelé à de nouvelles élections.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: