Tchad : l’inquiétude du collectif d’avocats des victimes de la tuerie de Sandana

0

Au Tchad, les avocats des victimes de la tuerie de Sandana se disent inquiets. Trois semaines après les faits, le collectif d’avocats interroge la manière dont la procédure judiciaire est menée. Pour rappel, le 10 février, dans la région du Moyen-Chari, un groupe d’éleveurs accusant des paysans d’avoir assassiné un de leurs débarqués dans le village de Sandana et assassine douze personnes. Une mission gouvernementale s’est rendue sur les lieux, une commission d’enquête a été mise en place. Les avocats rappellent le besoin d’indépendance et de transparence des débats.

Avec notre correspondant à Ndjaména, Madjiasra Nako

La justice doit faire son travail et dans les règles de l’art. C’est l’exigence du groupe d’avocats qui affirme ne pas savoir grand-chose de la procédure annoncée par les autorités au lendemain de la tuerie de Sandana. Pour maître Midaye Guerimbaye, « au moment où je vous parle, nous n’avons aucune information sur aucune inculpation. Nous avons écouté que les personnes sont inculpées, par quel tribunal, qui a quelles compétences, par rapport à quelle infraction ? Nous ne savons pas. Nous avons simplement que les plaintes des parties civiles ont été déposées par nos soins.

L’immigration des autorités politiques est redoutée

Ce que le collectif d’avocats dit redouter, c’est l’immixtion des autorités politiques et administratives dans la gestion de ce genre de conflit en proposant des solutions en dehors du cadre légal. Me Midaye Guerimbye : « Il appartient aux acteurs de justice de faire en sorte que la confiance s’établisse et qu’on ne perde pas le temps à distribuer les billets de banque, mais que celui qui commet un crime, un délit, une contravention se retrouve en face de l’État.

Cette conférence de presse est organisée à la veille de la visite d’une délégation politique à Sandana. Une mission conduite par Haroun Kabadi, le président du Parlement provisoire, qui est aussi secrétaire général du Mouvement patriotique du salut (MPS), le parti de feu Idriss Deby Itno.

►À lire aussi : Tchad: «Une répression héréditaire», selon «Tournons la Page» et «Agir Ensemble pour les Droits Humains»

#Tchad #linquiétude #collectif #davocats #des #victimes #tuerie #Sandana

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire