Albinos de 4 ans tué et démembré

0

Au Burundi, un garçon de quatre ans atteint d’albinisme a été enlevé et démembré. La dépouille du petit Abdul a été retrouvée dans une forêt, ont rapporté mardi 1er février l’organisation Albinos sans frontières (ASF) et un représentant des autorités.

Dans certaines régions d’Afrique, les personnes atteintes d’albinisme sont régulièrement soumises à des attaques brutales au cours desquelles les victimes sont mutilées ou tuées. Ces pratiques leur sont faites parce que leur Composants du corps aux vertus heureuses et magiques.

Abdul a été enlevé samedi dans un taxi par trois suspects alors qu’il jouait avec d’autres enfants dans une banlieue de Bujumbura, indique le communiqué. ASF. le les ravisseurs ont emmené le garçon dans la province de Cankuzo, à environ 150 miles de là, où il a été assassiné et démembré.

Les criminels ont Couper ses bras et ses jambes et lui a saisi les os, a déclaré un représentant des autorités. Ses restes auraient été jetée dans une forêt, où un enfant l’aurait découverte. Les leurs des trois suspects ont été arrêtés.

Plus de 20 victimes rien qu’au Burundi

Dans de nombreuses régions d’Afrique subsaharienne, les albinos sont abattus et tués, et leurs membres et organes sont prélevés pour être Utilisé dans les rituels liés à la sorcellerie censés apporter richesse et bonne chance. Les guérisseurs autoproclamés utilisent des parties de leur corps pour préparer des potions censées apporter chance et prospérité.

Vingt albinos ont été tués au Burundi depuis 2008 et leurs ossements vendus en Tanzanie, où un tel rituel est courant, selon une source administration.

Le cas le plus récent remonte à 2020, a déclaré le porte-parole d’ASF, Chadrack Nahumuremyi, appelant les autorités à « augmenter les peines pour les crimes contre les albinos comme en Tanzanie, où ces criminels sont exécutés ». publiquement pour dissuader ceux qui pourraient penser qu’ils font la même chose ».

« Nous appelons également à une protection renforcée des albinos dans le pays, car tous les albinos à qui j’ai parlé et leurs familles sont terrifiés et ne veulent pas quitter leur domicile. » il ajoutaappelant également à « sensibiliser la population afin qu’elle comprenne que les albinos sont des gens comme eux, qui doivent être respectés comme toute autre personne ».

La source

Source: DoingBuzz

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire