Après la bagarre de la BAS à GENEVE, VOICI POURQUOI QUATRE GARDE DU CORPS DU PRÉSIDENT PAUL BIYA EXPULSE DE LA SUISSE

    0

    Les suites politiques, des échauffourées de l’Intercontinental de Genève, ne se sont pas faits attendre longtemps .

    Mercredi, la justice suisse a ordonné l’expulsion avec effet immédiat, du territoire suisse des quatre garde-chiens du président camerounais, que vous apercevez sur cette photo. Dans un État de droit, aucun individu ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes, et se faire justice de lui – même comme dans une jungle. Ces quatre barbares passeront la nuit dans un avion de ligne pour rentrer au Cameroun.

    Après l’arrêté de l’expulsion, des quatre garde du corps du president camerounais, c’est maintenant aux parlementaires suisses de toutes les tendances politiques, de monter au créneau.

    En effet, après une lettre de protestation de la branche politique de la BAS, adressée individuellement à tous les parlementaires helvétiques, ceux – ci évoquent le précédent Mobutu, pour exiger la révocation immédiate du visa du president camerounais, qui en moins de 72h de présence en territoire suisse, a causé énormément de dégâts et de tort à la réputation du pays, en y faisant braquer les projeteurs d’une actualité d’un genre particulier, et pour des mauvaises raisons.

    Car, à en croire les dépêches de l’AFP, et de Reuters, c’est pas moins de 1500 chaînes de télévision, qui sont attendues ce samedi 29 juin 2019 à Genève, pour couvrir la manifestation de la BAS, dont les délégations proviendront des États – Unis , du Canada , de certains pays africains et de tous les autres pays européens.

    C’est en réalité la toute première fois, depuis sa mise sur pied, intervenue dans la foulée de l’élection présidentielle du 7 octobre dernier, putativement « remportée » par le Pr Maurice Kamto, incarcéré depuis le 28 janvier, en compagnie de deux cent de ses soutiens, que la BAS va véritablement avoir l’opportunité d’affronter le president camerounais Paul Biya en face .

    Le 11 novembre 2018, jour de la célébration du centenaire de l’armistice de la première guerre mondiale, qui réunissait dans la capitale française , une centaine de chefs d’Etat et souverains, le président camerounais qui avait pourtant été invité, et avait déjà fait affréter un avion pour la circonstance, s’est vu au tout dernier moment signifié, que sa présence n’était plus souhaitée, pour des raisons de sécurité nationale.

    C’est que les services de l’Elysée, avaient été informés que la BAS, qui affichait un impressionnant effectif, avait conclu une alliance avec les redoutables Black blocs, accourus d’un peu partout, lourdement armés de matraques.

    Dès la confirmation dimanche soir, de l’atterrissage à Genève de l’avion du Président Paul BIYA, toutes les unités de la BAS ont ouvert le champagne.

    J. Rémy Ngono, coupsfrancs.com

    source:https://www.237online.com/quatre-gardes-du-corps-de-paul-biya-expulses-par-la-justice-suisse-les-parlementaires-montent-au-creneau/

    Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

    [gs-fb-comments]

    [comment]

    [supsystic-newsletter-form id=4]

    Vidéo du jour:



    Laisser un commentaire