« Big Little Lies » : drame et faux-semblants à Monterey

    0
    18

    S’aimer comme on se confine : « Il n’avait pas envie de venir et maintenant on va rompre »

    Portée par ses formidables actrices, la série de David E. Kelley brosse de subtils portraits de femmes.

    Après avoir connu un beau succès d’audience et critique sur OCS, la série de HBO Big Little Lies arrive sur TF1. La saison 1, proposée chaque mardi à raison de deux épisodes par soirée, nous transporte dans la très riche communauté de Monterey, ville balnéaire « de rêve » de la côte californienne.

    Adaptée du livre Petits secrets, grands mensonges (Albin Michel, 2016), de l’Australienne Liane Moriarty, avec Jean-Marc Vallée à la réalisation de ses sept épisodes, cette mini­série est née, en fait, de la volonté commune de deux actrices : Reese Witherspoon et Nicole Kidman. Après avoir découvert ce roman, elles y ont vu des rôles principaux autrement plus complexes et subtils qu’il n’en est souvent proposé aux comédiennes. Et c’est bien là que réside la force d’attraction de Big Little Lies : dans l’extraordinaire performance que livrent toutes ses actrices, et dans le portrait, mouvant et émouvant, riche d’ambiguïtés, de femmes qui se battent pour trouver les baumes les mieux à même de cacher qu’elles sont à vif.

    Un meurtre, pur prétexte scénaristique, puisqu’on n’en connaîtra aucun détail ni même la victime avant le dernier épisode, permet de s’introduire dans le quotidien de cinq des mamans dont les ­enfants entrent en CP dans l’école très huppée de Monterey. Sans doute ce meurtre a-t-il un lien avec un incident intervenu le jour de la rentrée : une petite fille pointe du doigt un petit nouveau à Monterey, lorsqu’on lui demande qui a bien pu tenter de l’étrangler pendant la récréation… Ce qu’il nie.

    Deux clans vont alors se renforcer, image d’une opposition sociale et symbolique : l’un derrière l’executive woman, mère de la petite fille ; l’autre derrière la maman célibataire nouvellement arrivée, et constitué principalement de mères au foyer…

    Le scénariste et producteur David E. Kelley (Ally McBeal, The Practice) parvient à com­biner avec bonheur scènes de ­soap et questionnement sociopolitique, et surtout à dévoiler les pulsions contradictoires qui traversent ces femmes, voire à laisser transparaître le plus important, leurs non-dits.

    Big Little Lies, série de David E. Kelley. Avec Reese Witherspoon, Nicole Kidman, Shailene Woodley, Laura Dern (EU, 2017, 7 × 52 min).

    Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

    En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.



    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here