«Big Little Lies» sur TF1 : pourquoi il ne faut pas rater cette série

    0
    14

    Mieux vaut tard que jamais. Il est encore temps de découvrir « Big Little Lies », dont la saison 2 a été diffusée en 2019. Sensation de l’hiver 2017 sur la chaîne HBO aux Etats-Unis et en France sur OCS, la série américaine est enfin accessible au grand public grâce à sa diffusion sur TF 1 à partir de ce mardi à 21h05. Une programmation réjouissante autant sur la forme que sur le fond.

    Nicole Kidman, Reese Witherspoon, Shailene Woodley, Laura Dern, Zoe Kravitz : les actrices de « Big Little Lies » sont toutes talentueuses et leur association fait des étincelles. Elles incarnent des mamans dont les enfants âgés de 6 ans fréquentent tous la même école, dans la ville huppée de Monterey sur la côte californienne. Quelques semaines après la rentrée scolaire, un meurtre a lieu lors d’une soirée organisée dans l’établissement.

    En jouant sur le mystère concernant l’identité de la victime, le récit navigue entre le passé et le présent de ses héroïnes. A l’écriture de cette série adaptée du roman « Petits Secrets, grands mensonges » de l’Australienne Liane Moriarty, on retrouve David E. Kelley, le créateur d’« Ally McBeal », et à la réalisation, le cinéaste Jean-Marc Vallée (« C.R.A.Z.Y. », « Wild », « Dallas Buyers Club »). La dernière touche de cet écrin réside dans la bande originale dont le sublime « Cold Little Heart » de Michael Kiwanuka en générique.

    Outre-Atlantique, « Big Little Lies » a été diffusée sur la chaîne payante HBO, qui produit la crème des séries (« Les Soprano », « Six Feet Under », « Sex and The City », « Game of Thrones » …). C’est la première fois que TF 1 programme une fiction de ce catalogue dans sa case reine du soir. « C’est un véritable coup de cœur, assure Sophie Leveaux, directrice artistique des acquisitions de la Une. Nous étions convaincus qu’elle pouvait s’adresser à un large public en la diffusant en clair. Elle correspond à notre volonté de proposer des programmes événementiels. Scénariste, réalisateur, comédiens : ce sont tous des noms connus, l’image est très soignée, avec une signature particulière, et l’écriture est tellement ciselée qu’elle donne un concentré d’émotions. Au-delà du côté enquête, il y a une vraie réflexion dans le propos de la série sur le couple, la famille, l’amitié, les non-dits, la représentation sociale. »

    Le genre de série que l’on n’a pas forcément l’habitude de voir sur la chaîne. « Cette diffusion, c’est un risque qu’on est fiers de prendre, ajoute Sophie Leveaux. Si ça marche tout le monde sera gagnant, le public autant que la chaîne. »

    Une partie du scénario de « Big Little Lies » aborde les violences conjugales ainsi que le viol. « Plus on en parle, mieux c’est, se réjouit Emmanuelle Piet, présidente du Collectif Féministe contre le viol. Les femmes victimes sont souvent très isolées et devant ce genre de programme elles peuvent se reconnaître, reprendre courage et parler de leur situation. D’ailleurs, à chaque fois qu’une série ou un téléfilm qui traite des violences contre les femmes est diffusé, le nombre d’appels aux permanences téléphoniques (0800 05 95 95) augmente. »

    Pour Gaëlle Démare, militante au sein du collectif Nous Toutes « Big Little Lies a l’avantage de montrer que ça peut arriver dans n’importe quel milieu, même les plus aisés. Les mécanismes d’emprise au sein d’un couple sont bien décrits, la série peut éveiller les consciences. Ce qui est très intéressant, c’est aussi la relation entre les différentes femmes qui évolue. Une sororité se crée et cette solidarité aide à parler. »

    « Big Little Lies », série américaine de David E. Kelley (2017), avec Nicole Kidman, Reese Witherspoon… Saison 1, épisodes 1 et 2/7 (2 x 52 minutes).



    SOURCE: https://www.w24news.com

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here