Câbles diplomatiques : Voici le vrai rôle de la France dans l’apparition de Paul Biya

    1
    11

    La dernière apparition du locataire du Palais d’Etoudi remontait au 11 mars 2020, aux côtés de l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, Peter Henri Barlerin. Trente-cinq jours après, le Président Paul Biya a reçu en audience, le 16 avril 2020, l’ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou.

    Au menu des échanges entre les deux personnalités, la pandémie du Coronavirus qui fait des ravages à travers le monde. Et pourtant, depuis l’annonce du premier cas de Covid-19 dans le pays, le 6 mars 2020, le numéro un camerounais ne s’était toujours pas exprimé dans un message télévisé comme l’ont fait plusieurs de ses homologues.

    Si les partisans du Chef de l’Etat exultent depuis ce 16 avril 2020, célébrant « »l’immortalité » de leur champion battant ainsi en brèche la rumeur qui donnait pour mort celui qu’on compare au sphinx, il faut reconnaître que cette apparition est le fruit de plusieurs contingences face auxquelles le natif de Mvomeka’a ne pouvait résister plus longtemps», soutient le quotidien Le Messager dans son édition du 17 avril 2020.

    Le journal, qui cite des «sources dignes de foi», indique que «Paul Biya serait sorti de son confinement sous la dictée de Paris qui, au parfum des rumeurs autour de son état de santé brinquebalant, justifiant son absence sur le terrain de la riposte contre le Coronavirus au Cameroun, a exigé du dirigeant de 88 ans, de donner signe de vie».

    «C’est le Quai d’Orsay qui a souhaité que le Président de la République lui donne la preuve réelle qu’il est encore en vie et que les rumeurs persistantes au sujet de son incapacité à tenir le gouvernail, ne sont que pures affabulations», a confié un diplomate à la retraite et non moins proche du Palais d’Etoudi à notre confrère.

    Selon lui, «Biya qui redoute les colères publiques de Macron que les revendications légitimes du peuple camerounais, n’a pas eu d’autre choix que s’exécuter».

    La réapparition de Paul Biya est aussi «une preuve par 9 que la pression exercée en douce par Maurice Kamto, a porté des fruits. Entre ultimatums et menaces de constater la vacance présidentielle, le stratagème du président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) est aussi à prendre en compte», relève le journal qui, sans être triomphaliste, estime que «c’est aussi la  »victoire » du Messager qui, «dans son souci d’éclairer l’opinion sur le fonctionnement de l’Etat, s’est régulièrement interrogé sur ces silences présidentiels qui choquent le peuple».


    SOURCE: https://bit.ly/2VFi7Qj

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    1 COMMENT

    1. La MRC est un parti politique a dissoudre vu sa collaboration avec une crépuscule d’extrémistes . . L’après Biya sera difficile pour certains.

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here