Cameroun : Voici pourquoi Les motos-taxis de Ngaoundéré sont en grève

    0

    Ils protestent contre la taxe de stationnement de 3000 FCFA exigé par la communauté urbaine.

    Les carrefours Texaco, communauté urbaine, petitmarché et centre commercial de Ngaoundéré a été bloqués toute la matinée de mercredi 19 juin 2019 par les conducteurs de mototaxis de la ville de Ngaoundéré. Ils protestaient contre la taxe de stationnement qu’exige la Communauté urbaine de Ngaoundéré.
    Les équipes de la police municipale qui s’étaient déployées sur les différents carrefours ont été obligés par les grévistes de replier à la Communauté urbaine. Près de 150 conducteurs de motos ont pris d’assaut l’esplanade de l’hôtel de ville de Ngaoundéré. Un dialogue a été engagé avec les responsables de la municipalité Au bout de 30 mn ont échoué. Vers 11h, les conducteurs de moto taxis ont bloqué d’abord le carrefour Texaco.

    Ici, rien ne passait mêmes les véhicules de la police ont été obligés de faire demi-tour. « Nous voulons la paix dans ce pays. Ne nous tentez pas. Pas de taxe de stationnement » scandent-t-ils. Plus loin un autre groupe de conducteurs de moto crient « zéro payement de taxe de stationnement. Il manque de route dans la ville. Nous n’allons pas payer un seul franc ». Selon le porte-parole des grévistes, ils sont là pour dénoncer l’arnaque et l’escroquerie dont ils sont victimes. « Les gros camions payent 6000 FCFA, les taxi 2000 FCFA et on nous exige 3000 FCFA pour quel motif. Nous avons payé les impôts, le syndicat nous prélève chaque jour 100 FCFA. Les agents des communes ne sont pas du reste » explique Ibrahima Dewa, le porte-parole des conducteurs.

    Pour lui, il est question du retrait de la décision du délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Ngaoundéré. L’arrivée de la police va d’abord faire monter l’adrénaline. « Pas de violence ici. Si vous faites la force nous allons réagir. Dialoguons simplement » lance Jacques Mvembé, un autre leader de la contestation. Les policiers engagent une négociation avec les grévistes. Les deux partis conviennent du retrait du véhicule du Gmi de Ngaoundéré. Sous l’applaudissement des conducteurs de motos le groupement mobile d’intervention (Gmi) retire ses véhicules. Le mouvement s’étant au carrefour Sonel puis au carrefour l’an 2000. Ils sont plus de 5000 selon les leaders de la contestation. Ils chantent et dansent et font klaxonner leur engins.

    « La paix à Ngaoundéré, nous voulons les routes. Zéro taxe de stationnement » scandent-ils. Vers 12 heures 30 minutes, le préfet de la Vina à la tête d’une forte délégation débarque sur le principal point de regroupement des grévistes au carrefour Texaco. Il va à la rencontre des grévistes et écoute les revendications des conducteurs de mototaxis. « J’ai compris votre préoccupation. Dès l’instant la taxe de stationnement est suspendue. J’organiserai avec le délégué du gouvernement et les syndicats de moto une rencontre pour discuter de cette taxe.

    C’est autour d’une table que vous et nous allons parler » déclare Luc Ndongo, le préfet de la Vina. Des cris de joie et de youyou s’en suivent. Les
    conducteurs de mototaxis décident de suspendre leur mouvement d’humeur.

    source: https://www.237online.com/cameroun-les-motos-taxis-de-ngaoundere-en-greve/

    Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

    [gs-fb-comments]

    [comment]

    [supsystic-newsletter-form id=4]

    Vidéo du jour:



    Laisser un commentaire