Casse à l’ambassade du Cameroun en Belgique : procès renvoyé sine die

    0
    11

    L’audience de ce jour au Tribunal de première instance francophone de Bruxelles, n’a pas eu lieu à cause du Covid-19, bien que le Procureur du Roi ait auparavant requis dans son réquisitoire un non-lieu, à savoir qu’il n’y ait pas de poursuites à l’égard de Marcel Tchangue et Carlos Mbouendeu.

    Il faut souligner que l’instruction judiciaire a été ouverte par la constitution de partie civile de l’Ambassade du Cameroun représentée par Monsieur Evina Abe’e Daniel à la date du 29 mars 2019 contre des activistes camerounais accusés par les autorités camerounaises d’avoir dégradé le 26 janvier 2019, la fenêtre de la porte d’entrée de l’ambassade du Cameroun située à l’Avenue Brugmann, 131/133 à 1190 Forest

    Pour le ministère public, ces faits ne constituent ni crime, ni contravention, ni délit.

    Le procureur du Roi requiert la Chambre de conseil en ce qui concerne les personnes inculpées de déclarer n’y avoir lieu à poursuivre et de déclarer les poursuites irrecevables.

    A la prochaine audience, si la partie accusée obtient le non-lieu, après le recours de l’Ambassade du Cameroun, cette dernière sera condamnée à verser une indemnité de procédure pour les frais divers aux accusés, nous a confié Me Alexis Deswaef, Avocat au Barreau de Bruxelles, Vice président de la FIDH ( Fédération internationale pour les droits humains).

    Toujours selon l’Avocat des activistes camerounais du royaume, la Belgique est un pays de droit avec des institutions fortes. Le juge dira le droit et non le contraire comme il en est souvent le cas au Cameroun.

    Pour mémoire, le 26 janvier 2019, des manifestations ont été organisées devant certaines ambassades de la république du Cameroun. « A Bruxelles, dans la nuit du samedi 26 janvier 2019, une dizaine d’individus cagoulés ont essayé de pénétrer par effraction dans l’ambassade de la république du Cameroun », pouvons nous dans la plainte de l’ambassade du Cameroun.

    Plus loin dans cette plainte, l’ambassade du Cameroun affirme que les manifestants étaient « armés d’objets divers et ont essayé de forcer la porte d’entrée, dont ils ont fracturé la vitre et endommagé la serrure. » Toujours selon cette plainte de l’ambassade du Cameroun, le « groupe était mené par un individu non cagoulé qui a a été formellement reconnu par le concierge de l’ambassade. Il s’agirait de Monsieur Tchangue Marcel qui réside à Linkebeek(…) »

    Dans cette plainte dont nous avons a pu obtenir la copie auprès des greffes du tribunal de Première instance de Bruxelles, l’ambassade du Cameroun à Bruxelles liste provisoirement des suspects . Une quinzaine de noms.

    Après le réquisitoire du procureur du roi auprès de la chambre de conseil à l’audience prochaine si le non lieu est prononcé par les juges, il reviendra à l’ambassade du Cameroun, partie plaignante à introduire un recours auprès de la dite chambre. Affaire à suivre

    *Bon à savoir: Réquisitoire
    Au cours d’un procès, le réquisitoire est la prise de parole du ministère public qui propose au juge une décision à prendre concernant un prévenu ou un accusé.

    Source: camer.be

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    Laisser un commentaire

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]




    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here