Ce qu’il faut retenir des annonces de Jean Castex ce mercredi matin

    0
    31

    Le Premier ministre, qui était ce mercredi matin l’invité de la matinale de France Inter, a indiqué que le plan de relance économique sera finalement présenté le 3 septembre. La culture au sens large bénéficiera d’une dotation exceptionnelle de 2 milliards d’euros. Jean Castex appelle les Français « à l’esprit de responsabilité » pour porter le masque qui « est extrêmement utile » pour lutter contre le coronavirus.

    Rentrée médiatique ce mercredi pour Jean Castex. Le Premier ministre était ce matin l’invité de la matinale de France Inter. Il a notamment annoncé que le plan de relance de l’économie, d’un montant de 100 milliards d’euros, serait présenté finalement le 3 septembre. Deux milliards iront au monde de la culture.

    – L’obligation du port du masque va devenir la règle dans les cinémas et les salles de spectacle

    – Les dérogations à la jauge de 5.000 personnes pour les rassemblements ne seront plus possibles dans les départements classés rouges. Cette jauge pourra être à nouveau baissée.

    Sur le report de l’annonce du plan de relance : « Gouverner c’est savoir s’adapter aux circonstances. Etre pragmatique. Il faut d’abord indiquer au Français que nous gérons la situation sanitaire. Le plan de relance est bouclé. Il sera présenté le 3 septembre. 

    Macron reporte le plan de relance pour se consacrer à la gestion de la crise sanitaire

    Sur l’épidémie : « J’ai toujours indiqué que lutter contre une épidémie est un défi collectif. Les Français ont fait face. Cela a été un choc totalement inattendu, auquel on n’était pas forcément préparés ni techniquement ni dans les esprits.

    Nous observons, partout, en Europe en tout cas, une reprise de la circulation virale. Il n’y a pas de quoi s’affoler, on n’est pas revenus à la situation du mois d’avril ou mai, mais vous voyez bien qu’il y a quelque chose qui se passe. Même si le critère le plus lourd, les admissions en réanimation, progresse mais progresse légèrement. »

    Sur les anti-masques : « Je n’ai jamais cru que l’Etat pouvait tout faire, il a sa part de responsabilité […] mais il faut que tout le monde se sente concerné par la lutte contre l’épidémie.

    Il faut expliquer que le masque est extrêmement utile. Si [les anti-masques] ne le croient pas pour eux-mêmes, parce qu’ils se pensent invincibles, qu’ils pensent aux autres. Qu’ils pensent à ce personnel médical qu’ils ont peut-être eux-mêmes applaudi pendant des mois. Ils ont tous dans leur entourage des personnes vulnérables. La démocratie, c’est la responsabilité des citoyens. »

    Sur la non-gratuité des masques : « Aucun pays au monde n’a généralisé la gratuité des masques. », explique la Premier ministre, qui rappelle que les masques sont remboursés, sur ordonnance, aux personnes vulnérables, et que des masques ont été distribués à des familles précaires.

    « Ca veut dire qu’on va payer des masques à des familles qui n’en ont absolument pas besoin ? Des collégiens et lycéens, il y en a une bonne partie dans les zones urbaines, où ils prennent les transports en commun depuis longtemps. Le masque n’y est pas gratuit. »

    Sur la reprise économique : « Le pire de tout serait qu’on s’enfonce dans une crise économique et sociale qui serait pire que la crise sanitaire.

    Sur un reconfinement : Un reconfinement pourrait intervenir « au cas par cas, si nécessaire ». Le Premier ministre lance « un appel aux personnes de plus de 75 ans, aux personnes plus jeunes qui ont des pathologies lourdes, aux personnes avec des diabètes importants, particulièrement vulnérables : Protégez-vous ! »

    Sur le télétravail : « On repart au travail », lance le Premier ministre, mais cette reprise « ça peut être tout à fait du télétravail. » « Voilà un effet positif et structurel de cette crise. On va se mettre à regarder différemment le télétravail. On va même se dire que, peut-être, le télétravail, ça s’organise. »

    Sur le monde du spectacle : « Je dis aux Françaises et aux Français, allez au cinéma, allez au théâtre, vous ne risquez rien ! », déclare Jean Castex.

    « La culture au sens large bénéficiera d’une dotation exceptionnelle de 2 milliards d’euros sur les 100 du plan de relance. C’est inédit ! Ca veut dire que nous pensons d’abord que la culture est une activité économique, et que s’il y a une spécificité française, c’est vraiment que vivre avec le virus, c’est aussi se cultiver avec le virus ».

    Sur les règles sanitaires, il annonce que « dans les départements rouges sur le plan de la circulation virale, il ne sera plus possible aux préfets de déroger à l’interdiction des rassemblements de plus de 5.000 personnes ». Il évoque aussi le fait qu’on pourrait encore abaisser cette jauge et même « interdire » des spectateurs dans les stades ou lieux de spectacle.

    L’obligation du port du masque va devenir la règle dans les salles de spectacle et théâtres, alors qu’il ne l’était jusqu’ici que quand les distances de sécurité ne pouvaient pas être respectées. La règle va être « inversée », explique le chef du gouvernement « sauf dans les zones où la circulation virale est forte, où il y aura le cumul des deux obligations. »

    Sur les impôts : « Il n’y aura pas de hausse d’impôts. Ca, c’est clair. », assure le Premier ministre, qui souligne : « la stabilité des règles du jeu est un des outils de lutte contre la crise ».

    Sur les violences, la justice : Interrogé sur les faits de violences – notamment sur les Champs Elysées après la défaire du PSG dimanche soir -, le Premier ministre explique avoir « demandé à ce que soient travaillées deux pistes : la prévention, les éducateurs de rue, qu’il faut renforcer… et les suites données à ces agressions ». « Le service public de la justice dans ce pays fonctionne insuffisamment bien parce que l’Etat, qu’aujourd’hui je représente, n’a pas fait son travail à son égard », regrette-t-il.

    Jean Castex annonce avoir demandé la création de « 550 emplois en plus » pour le ministère de la Justice. « En additionnant avec ceux que je viens d’évoquer, cela veut dire que sous le quinquennat de Monsieur Macron, il y aura quand même eu 2.000 emplois de greffiers et magistrats ». Il précise aussi que le budget du ministère sera augmenté.

    Sur l’application StopCovid : Elle « n’a pas obtenu les résultats qu’on en espérait, peut-être, je veux bien en convenir, par défaut de communication ​», reconnaît le Premier ministre. « Nous savions que tester grandeur nature pour la première fois de tels outils dans le cas de cette épidémie serait particulièrement difficile » et « nous ne sommes pas le seul pays à faire ce même constat. »

    Ce mercredi après un Conseil des ministres de rentrée, le Premier ministre prononcera un discours depuis les universités d’été du Medef. Jeudi matin, il doit tenir à partir de 10h30 une conférence de presse à propos de la reprise de l’épidémie de coronavirus. Pour cet exercice qui doit commencer par un exposé avant des questions-réponses avec les journalistes, sur le modèle du format adopté par son prédécesseur, Edouard Philippe, en avril et mai derniers, il sera entouré des ministres de la Santé, Olivier Véran, et de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer

    Cette conférence de presse sera un nouveau temps fort de la semaine pour le gouvernement, qui entend monter au front pour mettre en garde sur la reprise de l’épidémie.

    Chaque jour, la rédaction des Echos répond à votre besoin d’une information fiable et vous aide à prendre les meilleures décisions.

    Conservez une vision globale de la situation, en France et dans le monde. Décryptez les conséquences de la crise sur l’économie, les entreprises et les marchés. Eclairez votre réflexion avec des points de vue, des idées et des contributions de tous horizons.



    SOURCE: https://www.w24news.com

    QU’EN PENSEZ-VOUS?

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

    [gs-fb-comments]

    [comment-form]

    Votre point de vue compte, donnez votre avis

    [maxbutton id= »1″]