CM – Afrique: « La perception du risque change »

0

Alors que le sommet sur le financement des économies africaines s’ouvre à Paris ce mardi 18 mai, à l’initiative du président Emmanuel Macron, de nombreux experts s’inquiètent de la baisse de la part de marché française en Afrique. S’il est vrai que ceux-ci ont été réduits de moitié en vingt ans, bousculés par les économies émergentes, la Chine au sommet, il y a toutes les mêmes nuances. Sans réduire les investissements chinois massifs sur le continent, les entreprises françaises restent fortes dans certains secteurs.

Dans un rapport publié plus tôt cette année mais resté assez confidentiel, le cabinet d’avocats international Linklaters révèle que «non seulement le financement de projets est en hausse », Mais aussi« les mécènes français sont parmi les premiers à participer à ces projets. »Bertrand Andriani, co-directeur du bureau Afrique francophone du cabinet parisien, est un fervent observateur de l’économie africaine. expert en infrastructures – souvent compté parmi les conseillers les plus influents sur les grandes questions africaines – a participé aux premiers investissements dans de grands projets pétroliers ou miniers, notamment en Afrique centrale. En 30 ans d’expérience, son constat est clair: « La transformation des économies africaines a z d’abord et avant tout en modifiant l’approche géographique et intersectorielle des acteurs de leurs marchés », explique-t-il. «Puis les Chinois sont arrivés dans les années 2000, mais ils ne financent aucun projet», note Bertrand Andriani, pour qui «les investisseurs chinois ont une logique de fonds propres plutôt que de fonds publics». Quels sont les atouts des entreprises françaises sur le continent? Quels sont les besoins ou les espaces à investir? En outre, pourquoi les pays africains ont-ils connu des développements économiques si différents? L’éclairage de Bertrand Andriani.

Le Point Afrique: Vous êtes un témoin privilégié de la vie des affaires en Afrique depuis les années 1990. Qu’est-ce qui a changé en termes d’investissement sur le continent africain?

Bertrand Andriani: Les relations privilégiées que nous entretenons avec nos clients africains depuis plus de 30 ans nous ont permis d’acquérir une connaissance approfondie des tendances du marché et de leur évolution se développer, notamment en Afrique francophone, mais à travers le pays. Continent.

Nous avons donc constaté que les projets que nous soutenons, qui étaient à l’origine axés sur les secteurs du pétrole, des mines et des hydrocarbures, se sont progressivement diversifiés pour inclure les énergies conventionnelles et les énergies renouvelables ainsi que les infrastructures et l’industrie Pour intégrer l’agroalimentaire et, plus récemment, la bancassurance. Nous sommes maintenant entrés dans une phase d’investissements élevés qui auront des effets à long terme. C’est un signe de maturité avec, bien sûr, différents pays. Cependant, il est très satisfaisant d’arrêter de travailler sur l’Afrique et de se concentrer uniquement sur le pétrole ou les mines. Ceci est important car cela montre que le tissu industriel se construit progressivement.

Je tiens à souligner que le développement d’une économie ne se fait pas du jour au lendemain. Il est clair que l’industrialisation de l’Afrique évolue. Le défi est maintenant de trouver des entrepreneurs avec un profil capital. Les entrepreneurs ont actuellement des profils familiaux. Il faut insuffler un esprit capitaliste afin d’attirer des capitaux, notamment nationaux, pour financer de nouveaux projets.

Selon une étude menée par votre entreprise, 2020 a été une année record pour l’Afrique en termes d’investissement en financement de projets au cours de la dernière décennie. Qu’est-ce que cela dit des économies africaines? Sont-ils aussi résilients qu’ils le disent?

Malgré le Covid, tous les projets n’ont pas été arrêtés et les investissements se poursuivront. L’étude menée par notre société plus tôt cette année a révélé que 2020 a été une année record pour l’Afrique en termes d’investissement et de financement de projets. Vingt-huit transactions avaient une valeur totale de 30,07 milliards de dollars à la clôture de l’exercice. C’est le montant le plus élevé en dix ans. Alors que 2019 et 2020 ont vu le même nombre de transactions en termes de volume, la valeur totale en 2020 a plus que doublé par rapport à 12,65 milliards de dollars l’année précédente.

Les économies sont résilientes en ce sens que ces chiffres sont pour 2020 confirment que , malgré la situation sanitaire, l’Afrique reste un continent attractif qui sait résister aux risques. De toute évidence, en 2020 et 2021, la pandémie aura un impact sur les économies, qui continueront d’être affectées par les mesures d’urgence que de nombreux gouvernements ont prises et ont continué de prendre, mais pas plus que sur tout autre continent. Comme partout ailleurs dans le monde, nous avons vu des projets ralentir, mais ils continuent leur cours. Il sera intéressant de faire de nouvelles observations alors que nous mettrons en évidence cette crise et ses effets à long terme sur la résilience des économies africaines.

Quelles sont les principales leçons que vous avez tirées de cette étude? Quelles industries attirent le plus d’investissements? Quels pays sont les plus attractifs et lesquels sont en bas de liste?

En 2020, les énergies renouvelables représentaient la plus grande part des transactions avec 13 projets d’un volume total de 1,592 milliard USD, tandis que le secteur des hydrocarbures et du gaz malgré a enregistré une valeur cumulative des transactions les plus élevées de 26,14 milliards de dollars avec un plus petit nombre de transactions. Ce secteur domine également le classement des valeurs de transactions cumulées les plus élevées des dix dernières années (85,73 milliards USD), tandis que les énergies renouvelables dominent le classement en nombre de transactions (177).

Le Mozambique est en tête des affaires en termes de valeur en 2020, tandis que l’Afrique du Sud maintient sa position de conduite dans la région sud. Le Mozambique a enregistré la plus grosse transaction en termes de valeur de 22,6 milliards USD en 2020 avec le projet de GNL de la zone 1 au Mozambique, la première installation terrestre du pays pour le gaz naturel liquéfié (GNL).

Maroc, Nigéria, Guinée, Ouganda et Côte L’Ivoire a été le seul pays à enregistrer plusieurs transactions de financement de projets cette année avec 6, 4, 2, 2 et 2 transactions chacune. Le Mozambique a enregistré la valeur de transaction cumulée la plus élevée en dix ans, soit 48,02 milliards USD pour 12 projets. De son côté, l’Afrique du Sud a le plus haut niveau d’activité en termes de volume avec 103 projets totalisant 20,43 milliards de dollars.

Notre étude s’est concentrée principalement sur les pays les plus avancés et non sur les pays en bas de liste. On constate cependant que certains pays d’Afrique centrale et de l’Ouest ne bénéficient pas encore du même niveau d’attractivité que certains de leurs voisins.

La France est de plus en plus secouée sur le continent en termes d’activité et même d’image. Pourtant, le pays est un chef de file en matière d’investissement international. Comment l’expliquez-vous?

Alors que de plus en plus de pays concentrent leurs flux d’investissement sur le continent africain, la France reste à la pointe de l’investissement international. Au cours de la dernière décennie, les sponsors français ont été les plus gros investisseurs en Afrique, ayant participé à 53 projets pour un volume total de 46,57 milliards de dollars, suivis du Japon (10 projets pour un volume total de 31,6 milliards de dollars), des États-Unis ( 47 projets d’un volume total de 26,95 milliards USD) et l’Inde (11 projets d’une valeur totale de 25,85 milliards USD).

Les investisseurs français présents depuis longtemps sur le continent jouissent d’une grande crédibilité, notamment en Afrique francophone des pays où la diplomatie économique française joue un rôle clé dans la mise en œuvre de projets portés par des investisseurs français.

Le savoir-faire des investisseurs français est classé comme moins qualitatif sur le continent par rapport à d’autres affluents également reconnus et particulièrement appréciés. Ce savoir-faire combiné à la proximité linguistique entre la France et de nombreux pays africains ainsi qu’à la forte activité des institutions de développement françaises (comme Proparco et l’AFD) permet aux investisseurs français de rester compétitifs dans ces pays, même face à d’éventuelles offres. Le premier regard semble purement financier Voir plus attractif. Par rapport aux autres pays non francophones, ce sont les compétences des investisseurs français dans les secteurs de pointe, ainsi que leur ouverture internationale, qui leur permettent de rester compétitifs.

LIRE AUSSI Étienne Giros: « Qu’est-ce que c’est bon pour l’Afrique c’est bon pour nos entreprises et vice versa. « 

On remarque aussi que les entreprises françaises déjà présentes en Afrique s’y renforcent, mais où sont les nouvelles?

Des investisseurs français implantés de longue date sur le continent, a connu une croissance exponentielle au cours des cinq dernières années, comme c’est le cas de Meridiam, par exemple, qui est désormais présente en Afrique de l’Ouest, en Afrique centrale et en Afrique de l’Est. Parmi les nouveaux acteurs figurent Stoa, un fonds d’investissement qui vise à réaliser des investissements minoritaires dans les secteurs des infrastructures et de l’énergie en Afrique. Il est né il y a seulement quelques années et a déjà investi dans plusieurs projets phares. On peut également citer Ametys dans le secteur de la banque / assurance, ainsi que l’entrée de sociétés de private equity françaises sur le marché africain, traditionnellement tournées vers la France et l’Europe.

Enfin, nous estimons que de nombreuses entreprises ont encore une stratégie pour développer la mission sur le continent. Même si un certain nombre d’entre eux n’ont pas encore mis en œuvre cette stratégie, toutes les tendances indiquent que la présence française sur le continent, compte tenu de son attractivité, sera encore plus massive à court terme qu’elle ne l’est aujourd’hui. L’autre tendance est l’intérêt croissant des fonds de private equity sur le continent. Votre plus grand défi sera de trouver des produits de qualité qui répondent à vos critères d’investissement stricts.

LIRE AUSSI Wilfrid Lauriano do Rego: « Nous devons renouveler le récit par l’écoute et le dialogue. »

Quel impact le Covid a-t-il eu -19 pandémie, mais aussi les inquiétudes sur la croissance ces dernières années compte tenu de la perception du risque pour les flux d’investissements vers l’Afrique?

L’épidémie a peut-être ralenti les projets dans la pratique, mais ce n’était pas un problème de trésorerie. Compte tenu de la démographie et de leur croissance, ainsi que du développement de certains domaines d’activité, les besoins en énergie et en infrastructures se poursuivront et 2021 sera vraisemblablement consacrée au développement de ce type de projet. On aurait donc pensé que l’année serait une année vide au regard du Covid-19, c’était le contraire et elle semble vouée à continuer – même si les grandes économies africaines, comme partout ailleurs dans le monde, étaient pourtant affectées par la pandémie / p> Il est donc particulièrement intéressant que l’année dernière, le continent ait enregistré le financement de projets le plus élevé en dix ans. C’est une indication de la résilience ainsi que des bases solides dont dispose le continent, mais aussi des grandes opportunités qu’il existe des opportunités à long terme pour les investisseurs. Nous avons également de plus en plus de clients qui investissent ou souhaitent s’installer sur le continent africain pour investir dans le secteur de l’énergie et des infrastructures.

La perception du risque varie fortement selon l’investisseur. On voit que ceux qui existent depuis longtemps ou qui ont déjà réalisé des projets sur le continent sont désormais assez satisfaits du risque d’investir en Afrique. Bien qu’ils restent naturellement vigilants, comme souscrire une assurance contre le risque politique en particulier, pour ces types d’investisseurs, il s’agit d’un risque contrôlé qu’ils veulent prendre.

Nous constatons une plus grande réticence au risque à accepter de nouveaux entrants – mais je suis en D’une manière générale, tout investissement initial dans un environnement incontrôlé suscite ce genre de vigilance.

On peut donc supposer que la perception du risque évolue dans le bon sens. La preuve en est le flux croissant d’investissements. La perception des risques évolue et la bonne performance de ces projets d’envergure ainsi que la présence d’acteurs crédibles sur le marché y contribuent.

Ces dernières années, nous avons assisté à une diversification et un raffinement des marchés et des acteurs avec l’apparence d’acteurs africains ou orientés vers l’Afrique. Que voit-on aujourd’hui?

Avec la diversification et le raffinement des marchés et des acteurs comme Arise Logistics Investment Platform ou le fonds panafricain Africa50, pour n’en citer que quelques-uns, l’interaction avec les acteurs africains en termes de pouvoir et d’équilibre de négociation quelque peu équilibré. Le marché se libéralise et les attentes changent, et de plus en plus d’interlocuteurs africains ont acquis de l’expérience sur les plus grands marchés mondiaux avant de revenir sur le continent. C’est une bonne chose, car les négociations sur les projets sont plus équilibrées et plus ciblées.

Vous êtes également très attentif à la «révolution entrepreneuriale» sur le continent africain. Comment voyez-vous ces entrepreneurs africains également impliqués dans cette diversification des marchés?

Nous avons vu de vraies success stories chez nos clients, des entreprises familiales qui ont progressivement pris de l’ampleur. Dans ces cas, grâce à notre accompagnement, ils peuvent mieux gérer le changement d’échelle. Comme pour la diversification et la sophistication des acteurs, nous portons une attention particulière à ces nouveaux entrepreneurs arrivant avec des projets très structurés et attirant de sérieux investisseurs africains ou continentaux pour ajouter de la crédibilité aux entrepreneurs et à leurs projets.

Consultez les articles de la section Afrique,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQTaxe de créditTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousPlan du siteMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique relative aux cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu de l’article inclus dans votre annonce.

Pour ce faire, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Keywords:

Africa,Perception,Economic development,International Monetary Fund,Africa, Perception, Economic development, International Monetary Fund,,Infrastructure-Financements-Investissements-Crise économique-Covid-19-Matières premières-Entreprenariat-Risque-pays-Diversification économique-Pandémie-Croissance économique-Notation-Emmanuel Macron-Cabinet,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: