CM – Brigitte Bardot condamnée à 20.000 euros d’amende pour injures publiques

0

l’essentiel
En 2019, l’ancienne comédienne Brigitte Bardot qualifiait les habitants de La Réunion, le département français de l’océan Indien, de « peuples autochtones qui ont conservé leurs gènes sauvages ».

L’actrice Brigitte Bardot, qui qualifiait en 2019 les habitants de La Réunion, département français de l’océan Indien, de « peuples autochtones qui ont conservé leurs gènes sauvages », a été condamnée jeudi à 20.000 euros d’amende par la justice pour injures publiques condamné.

Bruno Jacquelin, le porte-parole de l’ex-actrice française de 85 ans, a été inculpé de complicité d’insultes publiques et condamné à une amende de 4 000 euros.
A la demande de son employeur, il a envoyé la lettre controversée dans laquelle les propos présumés apparaissent à plusieurs médias, dont l’AFP.

Le 7 octobre, lors du procès, le procureur de la République a exigé une amende de 25 000 euros contre l’ancien star, qui milite pour la défense de la cause animale, et 5 000 euros contre son salarié

En tant que fondatrice d’une fondation qui porte son nom et engagée en faveur du bien-être animal, elle a adressé une lettre ouverte à Amaury de Saint-Quentin en Mars 2019 puis Préfet de La Réunion.

Brigitte Bardot a affirmé avoir « été attaquée par des courriers (…) dénonçant la barbarie que les Réunionnais exercent sur les animaux », a déclaré Brigitte Bardot, que « les indigènes ont leurs gènes pour sauvages ».

Elle a aussi comparé l’île de la Réunion à « l’île du Diable » à « une population dégénérée qui est encore (…) imprégnée de traditions barbares, qui sont leurs racines ».
Ces insultes avaient provoqué une grande indignation dans l’île. Annick Girardin, alors ministre française des Outre-mer, avait adressé à Mme Bardot une lettre ouverte. « Le racisme n’est pas une opinion, c’est un crime », se souvient-elle.
Le député Jean-Hugues Ratenon (LFI, gauche radicale), plusieurs associations antiracistes françaises ainsi que des associations et groupements religieux hindous avaient porté plainte contre l’ancienne comédienne.

Brigitte Bardot avait présenté ses excuses aux Réunionnais en s’exprimant. colère qui, selon eux, fonda le « destin tragique » des animaux de l’île.
« C’est de la bêtise (…). Elle parle de réminiscences de cannibalisme, ce sont des réminiscences de pensée colonialiste », s’est exclamé Maître Axel Vardin, avocats de Jean-Hugues Ratenon et des associations hindoues, lors de l’audience.
« Les propos de Madame Bardot sont insultants, blessants », a déclaré le procureur Bérengère Prudhomme.

La défense des animaux, « c’est la vie de Brigitte Bardot ». La cruauté envers les animaux « est une réalité à La Réunion », a déclaré son avocate Me Catherine Moissonier lors de l’audience.

La Fondation Brigitte Bardot l’a alors qualifiée de « dénonciatrice » contre la cruauté envers les animaux.

Keywords:

Brigitte Bardot,Réunion,Brigitte Bardot, Réunion,,,,animaux,justice,Racisme – Discriminations,,Brigitte Bardot, île de la Réunion, condamnation, Actualité, actualité France, société, actualité société, société française, éducation, actualité éducation, actualité justice, justice, faits divers, sécurité, actualité sécurité, immigration, violence, polémique,,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: