CM – Cahier des Bruins: Jake DeBrusk se bat pendant une saison difficile

0

Jake DeBrusk est généralement l’un des sujets d’interview les plus agréables que vous trouverez, presque toujours bavard et engageant. Même lorsque les temps ont été difficiles pour lui, il a été prêt à examiner son jeu à la fois publiquement et honnêtement.

Mais jeudi matin, il a démontré à quel point cette saison a été difficile pour lui. Ses réponses aux questions sur son jeu étaient inhabituellement courtes – pas du tout grossières, remarquez, juste inhabituellement brèves pour lui. Il était clair qu’il ne s’amusait pas beaucoup, ni à ce moment précis ni en général.

Vers la fin de l’appel Zoom, il ouvrit un peu la fenêtre de ses pensées.

«Oui, j’ai eu du mal et ce n’est pas amusant quand vous avez du mal», a déclaré DeBrusk. «Vous essayez de trouver des petits points positifs et de passer à autre chose. Ce n’est pas la fin du monde. Évidemment, j’aimerais faire beaucoup plus avec ce que je peux faire, mais en même temps, cela ne m’a pas été destiné. Je comprends que mon heure viendra. J’essaie juste de rester positif, mais le jeu n’est pas amusant quand tu as du mal, mec.  »

DeBrusk a trouvé son plaisir une fois que le match a commencé jeudi. Dans la première période, il a tiré deux pénalités, dont la deuxième a mené au but en avantage numérique de Charlie McAvoy. Puis dans le deuxième, il a marqué son premier but en 13 matchs lorsque David Krejci l’a poussé pour un but d’échappée, agitant un poignet doux au-dessus du gardien Igor Shesterkin.

DeBrusk, âgé de 24 ans, a connu une certaine incohérence tout au long de sa jeune carrière, mais ses difficultés cette année ont été plus que la sécheresse qui a marqué cinq ou six matchs. En 37 matchs jusqu’à jeudi, DeBrusk n’a eu que des totaux de 4-7-11, bien qu’il ait montré son niveau de compétence évident avec quelques buts en tirs de barrage.

DeBrusk a d’abord perdu sa place d’ailier gauche de Krejci face à Nick Ritchie, puis lorsque Taylor Hall a été acquis, il a été poussé plus bas dans l’alignement. Il a été en bonne santé gratté à plusieurs reprises, il a raté deux semaines avec COVID, il a été renvoyé sur l’aile droite, où il avait l’air moins à l’aise que de son côté fort. Il semblait qu’il pourrait trouver une maison en tant qu’ailier gauche de quatrième ligne avec le centre Curtis Lazar et l’ailier droit Karson Kuhlman. Mais avec Charlie Coyle absent (haut du corps, au jour le jour), il était de retour à l’aile droite, prenant la place de Coyle avec le centre Sean Kuraly et Ritchie.

Il y a également eu des spéculations commerciales incessantes et des rumeurs qui peuvent être beaucoup plus difficiles à bloquer si vous ne jouez pas bien.

Ce n’est pas le genre de saison à laquelle on s’attend de la part d’un joueur qui a marqué 27 buts sa deuxième année dans la ligue et qui était sur le rythme de sa deuxième saison de 20 buts l’an dernier avant que la pandémie ne frappe.

À travers ses difficultés, DeBrusk a déclaré qu’il s’était beaucoup appuyé sur son père, ancien joueur de la LNH et actuel analyste de Sportsnet, Louie DeBrusk, mais il s’est surtout tourné vers ses coéquipiers au cours de cette saison où les joueurs sont pour la plupart isolés du monde extérieur.

« Il y a beaucoup de monde ici dans l’organisation, mes coéquipiers sont évidemment ceux qui me font avancer ici », a déclaré DeBrusk. «C’est une de ces choses que vous voulez faire pour eux dans la salle et vous voulez évidemment être là pour eux. Ils ont été là pour moi. Je fais partie de ce groupe depuis quatre ans maintenant et nous avons évidemment vécu beaucoup de choses. Ils comprennent qu’il y a des hauts et des bas et qu’il y a différents types de choses qui se passent. Il s’agit simplement d’être prêt à saisir cette opportunité et de faire ce que vous pouvez, car je sais que je peux aider cette équipe. »

Lorsque DeBrusk est revenu d’un passage de deux matchs dans les civvies récemment, l’entraîneur Bruce Cassidy a déclaré que DeBrusk devait intensifier le deuxième effort requis de tout le monde pour réussir dans la LNH. L’entraîneur a dit que c’était toujours un travail en cours.

«Je pense qu’il a eu des quarts de travail (mardi) soir, des quarts de travail, il aurait pu être meilleur. Nous allons donc continuer à l’explorer comme tous les autres joueurs », a déclaré Cassidy. «Mais c’est là que je pense qu’il peut contribuer le plus, s’il reste sur les rondelles, car il a la capacité de se séparer s’il les gagne et il peut terminer s’il a du temps et de l’espace. C’est ce que nous continuerons de lui demander de faire. Avec les détails, comme chaque joueur, nous allons le mettre de côté et lui montrer la position du bâton, la position du corps dans la zone D et la zone neutre, etc.

Jeudi, des choses positives se sont finalement produites. S’il peut s’appuyer sur eux, cela sera de bon augure pour les B, sans parler des perspectives de DeBrusk.

DeBrusk s’est un peu redressé lorsque le sujet de David Backes a été abordé. L’ancien Bruin et l’actuel Anaheim Duck ont ​​disputé mercredi ce qui semblait être son dernier match à Saint-Louis, où il a été capitaine et visage de la franchise. Alors que sa carrière de 15 ans touchait apparemment à sa fin, il a été honoré d’un hommage vidéo et a eu une interview émotionnelle après le match avec l’analyste de Blues Darren Pang.

En tant que Bruin, Backes était particulièrement encourageant pour les jeunes joueurs comme DeBrusk, Kuraly et Brandon Carlo.

«Quand je suis arrivé pour la première fois, il était l’un des chefs de file de cette équipe et ils lui ont rendu un bel hommage là-bas à Saint-Louis», a déclaré DeBrusk. «C’est émouvant de voir du point de vue d’un ami. Nous sommes amis. Et les choses qu’il avait à faire, surtout à l’époque où il était ici avec nous et qu’il devait gérer certains aspects de sa place dans l’alignement et des attentes, je pense qu’il l’a très bien géré et qu’il était ultra-professionnel. Et comme je l’ai dit, c’est un très bon ami à moi. Je ne lui ai pas parlé depuis un petit moment. Mais hier soir, avec cet hommage vidéo, on pouvait voir le type d’émotion, il la portait sur sa manche. C’est une chose que personne ne lui enlèvera jamais, ce qu’il a fait au cours de sa carrière. » …

Cassidy a dit que si Coyle peut s’entraîner vendredi, il y a une chance qu’il joue samedi contre les Rangers…

Brad Marchand a été le récipiendaire du trophée Elizabeth Dufresne décerné au Bruin, considéré comme ayant la performance la plus remarquable dans les matchs à domicile. Charlie Coyle a reçu le prix John P, Bucyk décerné aux Bruin avec les plus grandes contributions caritatives hors glace.

Ref: https://www.bostonherald.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: