CM – Échec de la réinstallation dans les Ardennes : le gouvernement interrogé

0

« Au mieux, c’est le manque de professionnalisme. Pire des cas… « Depuis l’annonce du retrait surprenant de l’Etat le 28 juillet d’un projet de relogement emblématique dans son département, le député ardennais (indépendant) Jean-Luc Warsmann n’a fait aucune chichi. Et avec d’autres élus qui sont impliqué dans ce Réuni mardi 3 août à Revin, ville catastrophique (26 % de chômage) où devait être construite la future usine, il réclame des comptes… « Comment l’Etat a-t-il géré cela ? » travailler depuis des mois, on se trompait tellement ? On n’a eu aucune explication, rien ! « 

En mars dernier pourtant, la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault a fait grand bruit pour visiter les bâtiments qui composaient les vélos de la marque à la fin de l’année Mercier, rendu célèbre par le légendaire pilote automobile Raymond Poulidor. Après la délocalisation de la production de ces vélos en Asie dans les années 1980, la marque historique française, rachetée par un fonds d’investissement luxembourgeois, promet de reprendre la production de 500 000 vélos en France sur un marché en croissance, un tournant symbolique dans le succès de la délocalisation. Gouvernement : Le projet, évalué entre 11 et 15 millions d’euros, serait financé par l’Etat avec plus de 5 millions d’euros d’aide financière provenant de fonds communaux, cet argent public étant utilisé principalement pour la réhabilitation de la jachère de Porcher, sur laquelle étaient fabriqués jusqu’en 2011 les produits sanitaires en céramique. Le chef de projet devait recevoir une aide de 800 000 euros et investir lui-même 2,4 millions d’euros pour créer l’usine, qui devrait à terme créer 270 emplois.

Il faudra attendre quelques jours avant que tout déraille…  » Le 26 juillet Le 11 à 11 heures la directrice de cabinet du ministre de l’Industrie, Mme Pannier-Runacher, a demandé aux élus de retirer toutes leurs subventions, raconte Jean-Luc Warsmann.On nous a parlé de contrebande, de blanchiment d’argent… Le chef de projet Jean -Marc Seghezzi nous a traité de véritable escroc sans qu’aucune preuve ou preuve concrète ne soit présentée. Lorsqu’on lui a demandé, on m’a répondu que je n’obtiendrais rien. Je n’ai jamais su que dans ma vie parlementaire, c’est incompréhensible ! Deux jours plus tard la Préfecture des Ardennes a annoncé dans une explication laconique le retrait inattendu de l’Etat.

Le PDG de Cycles Mercier Jean-Marc Seghezzi est entendu. « C’est un épisode incompréhensible », a-t-il déclaré au Pô int. J’entends des avertissements diffamatoires, on dit qu’il y aurait d’autres candidatures, avec un niveau de projet très élevé, mais rien de clair ni de concret, et cela semble être incompatible avec d’autres services gouvernementaux. Et je ne peux pas me défendre. Nous avons travaillé dur pendant dix mois, tous les rescrits sociaux et fiscaux ont été déposés, l’Etat avait pris un engagement écrit, Pôle Emploi est en cours de recrutement, 300 CV sélectionnés… Et ils se retirent du jour au lendemain ? Je n’ai pas encore dit mon dernier mot », s’indigne l’indigné qui a déjà commandé ses machines, et appelle désormais le Premier ministre à se saisir de l’affaire.

Selon Bercy, l’enquête menée aurait impliqué le l’implication du chef de projet « Sociétés offshore » et l’évasion des droits antidumping mis au jour : Il y a quelques années, M. Seghezzi aurait importé des vélos déclarés en tant que « déclaration » vers l’Europe en provenance du Sri Lanka alors qu’ils venaient en réalité de Chine. Des accusations qui ne sont « pas concluantes », précise Jean-Luc Warsmann, qui s’est penché sur les faits. « J’ai demandé s’il y avait eu des décisions de justice définitives contre M. Seghezzi : personne ne m’a répondu ! Et dans le litige antidumping, un arrêt de la Cour de justice européenne du 19 septembre 2019 a donné raison à M. Seghezzi ! Des rumeurs pour faire tomber quelqu’un Discréditer les élus n’est pas digne de l’Etat de droit.Il y a un devoir élémentaire de respecter le principe du contradictoire… « Bercy services, invoquant le « secret fiscal », refusent d’en dire plus. Cependant, selon une source proche du dossier, un nouveau rapport au titre de l’article 40 (cet article oblige un agent public à signaler des faits qu’il estime constituer un crime ou un délit) aurait été reçu par le parquet. matière fiscale ».

Mais au vu de l’opacité du redressement de l’Etat, les soupçons grandissent. Si le maître d’œuvre était si sulfureux, pourquoi le cabinet d’Agnès Pannier-Runacher a-t-il essayé l’usine en décembre 2020 et lors des discussions dans les Ardennes les Hauts-de-France ? M. Seghezzi est même invité à visiter une ancienne base d’Intermarché à Béthune dans le Pas-de-Calais, où Agnès Pannier-Runacher se présentera aux élections régionales quelques mois plus tard.

« C’est un abus de ressources de l’État. Quelqu’un veut-il se venger de ce que M. Seghezzi n’a pas tenu ? », s’interroge Jean-Luc Warsmann. D’autres parlent de « pressions » de la part des concurrents commerciaux du promoteur sans étayer leurs soupçons « d’accusations diffamatoires ». , ce que Bercy rejette catégoriquement et rappelle que dans la région Grand Est à ce jour 71 projets d’investissements industriels pour des aides d’État de 33,8 milliards onen euros sont soutenus… « Il faut espérer qu’ils soient éduqués avec un peu plus de « professionnalisme », couine un élu du Grand Est qui se dit « consterné par l’amateurisme du gouvernement. C’est terrible d’avoir suscité autant de faux espoirs… »

Chaque jeudi, découvrez les informations de nos rédacteurs politiques et obtenez un aperçu des points exclusifs.

Allez au DOM, il y a plein de projets de merde et ces escrocs existent depuis longtemps
allez avec les bourses

Un sigeos
avis partagé. Il y a des requins séducteurs qui chassent sans vergogne les fonds publics
Il appartient au ministère des Finances de vérifier la solidité des projets.
Je ne suis pas choqué.

Le plus triste, c’est que l’Etat s’est trompé sur les déficits budgétaires publics permanents depuis près de 50 ans ! Une chose est sûre, les déficits permanents ne dureront pas aussi longtemps que les cotisations !

Lire les articles de la rubrique Politique,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQCrédit d’impôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique des cookiesPolitique de protection des données personnelles Archives
Résultats de la loi

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

La rédaction du Point – plus d’une centaine de journalistes – vous accompagne
ses enquêteurs, ses reporters, ses correspondants sur tous les continents.
Notre travail? Enquêter, révéler et, surtout, ne jamais lâcher prise. Recettes de
L’abonnement et la publicité nous donnent les moyens d’un journalisme gratuit et de qualité.
Pour nous lire, abonnez-vous ou acceptez les cookies.

Keywords:

Ardennes,Revin,Ardennes, Revin,,,Industrie, Actions française, Sociétés étrangères, cours des Sociétés françaises, actualité Bourse, Bourse, bourse de Paris, action, cac 40, sicav, fcp, warrants, warrant, cotations, cotation, marchés, devises, investissement, indices, Figaro, Le Figaro,,,,economie france, délocalisation, relocalisation, compromise, industrie, economie, ardennes, mercier, cycles, vélo,,Champagne-Ardenne,Emploi – Travail,Entreprises,industrie,Manifestations,,,,Emploi-Industrie-Patrimoine industriel-Jacqueline Gourault-Jean-Luc Warsmann-Agnès Pannier-Runacher-Bercy,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: