CM – Covid en Israël : pourquoi une nouvelle vague ?

0

Depuis cet été, le nombre de contaminations en Israël, pionnier dans le domaine de la vaccination, a de nouveau augmenté.

Depuis le début de la campagne de vaccination en décembre 2020, l’État juif a toujours été présenté comme une réussite. Fin février, alors que près de la moitié de la population avait déjà reçu sa première dose, le pays a commencé à se déconfiner. En juin, Israël a levé l’exigence du masque dans les lieux publics fermés avant de la réintroduire quelques jours plus tard en raison d’une augmentation des cas de contamination liés à la variante Delta plus contagieuse.

La situation épidémiologique s’est rapidement détériorée depuis l’introduction du Delta. : Le taux d’incidence est passé de 1/100 000 personnes début juin (7-13 juin) à 579/100 000 personnes en août (16-22 août).Le pays a même atteint mardi 31 août un record de contaminations quotidiennes (plus de 10 000 cas enregistrés).

Israël a démarré sa campagne rapidement grâce à un accord avec le laboratoire Pfizer qui leur donne un accès rapide aux doses du vaccin en échange de données sur les effets du vaccin. Mais la protection vaccinale s’est alors stabilisée.

Actuellement 68% de la population (adultes et plus de 12 ans) ont reçu leur première dose de vaccination et environ 60% ont un calendrier vaccinal complet.

C’est moins qu’en France, où en septembre 1er, 72 % ont eu une Dose et 66 % ont été vaccinés en deux doses.

Le seuil de 65 % a-t-il été évoqué il y a quelques mois pour parvenir à une immunité collective, le variant delta étant plus contagieux (avec un OR entre 6 et 7), il est passé à 85 %. En particulier, l’idée que l’épidémie soit derrière nous alors qu’un tel pourcentage de la population est vacciné est désormais, de l’avis de nombreux scientifiques, illusoire.

Le vaccin est – s’il reste efficace à 90% pour limiter les formes sévères – moins contre le risque de contamination (seulement 50%). Même lorsqu’une partie de la population est vaccinée, le virus continue de circuler (dans une moindre mesure) vers les personnes non vaccinées, mais aussi vers celles qui sont vaccinées. Plus particulièrement, selon les autorités sanitaires israéliennes, les premiers ont été vaccinés. Pour cette raison, le pays a décidé fin juillet de lancer une campagne pour donner une troisième dose. Et a même annoncé mardi que l’âge minimum pour le rappel vaccinal serait ramené à 30 ans afin de contrer une augmentation des contaminations en lien avec le variant Delta.

Dans son dernier bulletin, qui est consacré à la propagation de la variante Delta Santé Publique France avance que cette situation « dégradée » pourrait s’expliquer par le fait que « l’effet de la vaccination s’estompe avec le temps, les effets étant déjà visibles chez la première personne vaccinée ». (la plus ancienne) « En fait, une étude récente en Israël montre « une baisse du niveau de protection chez les personnes vaccinées depuis plus de 146 jours, et surtout chez les personnes âgées », poursuit le SPF.

Une autre étude menée en Israël de la cinétique des anticorps contre le SRAS-CoV-2 après vaccination ou infection montre que si la quantité d’anticorps au départ est plus élevée chez les personnes vaccinées et jamais infectées que chez les personnes précédemment infectées et non vaccinées, elle augmente dans le premier groupe après 6 mois plus rapide que dans le second. « On ne sait pas encore dans quelle mesure la reprise de l’épidémie en Israël est due à l’infectiosité plus élevée du variant Delta, à la plus faible protection du vaccin contre Delta par rapport aux autres souches, à la diminution en « anticorps – ou une combinaison de ces facteurs », conclut Santé Publique France.

Interrogé par Le Figaro le 1er septembre, l’épidémiologiste Antoine Flahault déclare que En tout cas, l’expérience israélienne montre qu’on ne peut pas tout miser sur les vaccinations pour lutter contre ce virus : « Il faut aussi combiner d’autres mesures, par exemple pour ne pas tomber du masque. » / p> Sur son compte Twitter, il souligne que les enfants seront au centre des enjeux de cette nouvelle année scolaire 2021. « Les pays qui alimentent l’épidémie avec leurs enfants risquent une vague aussi difficile à contrôler qu’Israël en ce moment, même si 70% de la population est vaccinée.

1/3 – Les enfants deviennent le centre de ce défi rentrée scolaire 2021. Les pays qui alimentent l’épidémie avec leurs enfants risquent une vague aussi difficile à contrôler qu’aujourd’hui en Israël, même avec 70% de la population vaccinée.

Celles collectées via ce formulaire Informations fait l’objet d’un traitement informatique permettant à Reworld Media Magazines et/ou à ses partenaires et prestataires d’envoyer des bons plans et offres promotionnelles.
Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent.
Pour en savoir plus ou pour exercer vos droits, veuillez consulter nos conditions générales d’utilisation.

Keywords:

Israel,Vaccine,Coronavirus,Israel, Vaccine, Coronavirus,,médecine, maladies infectieuses, Zoonoses, Covid-19, Coronavirus, Actualité,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: