CM – Dans la forêt de Villefermoy, 59 chênes roulent jusqu’à Notre-Dame

0

Défis

patrimoine

Par

Nolwenn Mousset

le 15 avril 2021 à 11h30

4 min de lecture

Les abonnés

RAPPORT VIDÉO – Deux ans après l’incendie de Notre-Dame de Paris, Challenges consacre une série d’articles à la reconstruction de la cathédrale. Rendez-vous dans la forêt de Villefermoy en Seine-et-Marne, où 59 chênes centenaires ont été abattus pour restaurer la tour de Viollet-le-Duc.

Travail à quelques kilomètres de Paris, dans la forêt de Villefermoy Renaud Trangosi et son équipe sur les cubes de coffre. «Nous mesurons son volume, son diamètre à la base, sa longueur puis notons l’état du chêne afin d’évaluer la qualité du bois», explique le technicien forestier de l’Office national des forêts (ONF), avant de marteler une plaque. L’arbre peut utiliser le nombre à suivre jusqu’à ce qu’il soit transformé.
Dans cette forêt, connue depuis Charlemagne, 59 chênes centenaires ont été abattus à la mi-mars, juste avant la montée de la sève, ce qui aurait pu altérer la qualité du bois. Objectif à long terme: rejoindre le site Notre-Dame et participer à la reconstruction de la tour de Viollet-le-Duc. Au total, 1 200 chênes sont nécessaires pour cette rénovation. «Au 15 janvier, l’ONF a identifié les 600 arbres d’une trentaine de forêts publiques qui serviront à la cathédrale. L’autre moitié est récoltée dans 150 forêts privées », explique Aymeric Albert, responsable du service commercial bois du bureau, rappelant que tout le bois, mais aussi les services (camionnettes, scies, bûcherons) étaient proposés par les entreprises du secteur.

Après enregistrement, les grumes sont stockées le long des routes forestières pendant quelques semaines puis enregistrées dans les scieries partenaires. D’avril à septembre, Notre-Dame ou pas, la récolte de ces 600 chênes a été enregistrée pour 2021, précise-t-il. « Pour sélectionner les arbres, nous avons parcouru les stocks de chênes qui devaient être abattus cette année. Et, en utilisant les critères que les architectes nous ont donnés, nous avons recherché ceux qui pourraient répondre aux spécifications très précises du projet qu’il est devenu As partie de notre gestion quotidienne et forestière normale, aucun arbre n’a été spécialement sacrifié pour Notre-Dame. »Selon l’ONF, cette coupe ne représente que 0,1% de la récolte annuelle de chêne qui est destinée à la construction ou à l’ameublement. Parmi les critères exigés par les architectes de monuments historiques: des chênes gaulois à troncs droits de 5 à 13 mètres de haut et d’un diamètre minimum de 50 cm.

«Cela a été coupé pour laisser de la place à d’autres», montre Renaud Trangosi au cœur de sa forêt et pointe du doigt un imposant tronc d’une dizaine de mètres de haut et 80 centimètres de large. Beaucoup de jeunes pousses autour de lui. « Il a eu son temps, il a dû connaître Napoléon III! La décision d’en couper un est toujours au profit des autres. Des forêts plus petites ne demandent qu’à croître et à se développer. C t est le cycle de vie naturel et normal de la forêt et de la propriété . C’est juste la destination qui a changé. Sans cet endroit, il y aurait une poutre pour une maison, du bois pour faire des tonneaux, une belle table paysanne … »explique le passionné.

Avec 59 arbres, la forêt de Villefermoy est l’une des forêts publiques françaises qui y contribuent le plus quantitativement. Un « certain honneur » pour Renaud Trangosi, pour qui ce don « va vers l’histoire ». «Nous sommes à moins de 100 kilomètres de Paris, c’est un circuit relativement court. Les moines de Saint-Germain-des-Prés utilisaient déjà les forêts à proximité pour construire leur église alors que Notre-Dame était en construction, vous pouvez bien imaginer que la forêt y a contribué « .

– Le Bras Frères, ce groupe lorrain au cœur de l’incendie puis de la sécurité de Notre-Dame

Notre Dame de Paris
Service national des forêts

Votre adresse sera utilisée pour envoyer les newsletters qui vous intéressent. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, mise à jour par la loi du 6 août 2004, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données vous concernant en contactant abonnements @ Challenges .fr écrire

Votre adresse sera utilisée pour envoyer les newsletters qui vous intéressent. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, mise à jour par la loi du 6 août 2004, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données vous concernant en contactant abonnements @ Challenges écrire .fr

Ref: https://www.challenges.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: