CM – Département: un ancien maire du PCF derrière un candidat Ghost LR?

0

«Fraude, usurpation, candidats fantômes, bienvenue aux communistes! Dans le canton de Blanc-Mesnil, les prochaines élections départementales devraient être mouvementées. Tout a commencé lorsque nos confrères du Parisien ont annoncé que le canton du Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis comptait l’un des plus candidats avec un total de sept couples. Dont une paire de DVD sous la direction du directeur du bureau du maire, Vijay Monany, qui doit rivaliser avec un autre couple de droite, et étonnamment un couple qui se présente aux couleurs des républicains.

Marylène Monique Bocquillon, jeune maman de Drancy, fait partie de ce duo inattendu de la droite locale. Elle ne s’attendait pas non plus à voir son nom dans les journaux, encore moins sous l’étiquette LR, à laquelle elle n’appartient pas. Sur son compte Facebook, le maire de Blanc-Mesnil Thierry Meignen (Libres!, Parti de Valérie Pécresse) a accusé Daniel Feutret, son prédécesseur communiste, du témoignage de soutien du candidat. Selon lui, il aurait orchestré cette candidature pour semer la colère au sein de la droite alors que la gauche se présente unie pour la première fois.

Il a publié une lettre manuscrite, signée Marylène Bocquillon, dans laquelle elle déclarait être en vue sur les études du département avait été contacté par Daniel Feutret. «M. Daniel Feurtet m’a contacté», écrit-elle, «et m’a demandé de remplir des documents administratifs car il avait besoin de noms. Je ne savais pas que j’allais être en tête de liste. Je ne savais pas non plus que M. Feurtet m’inscrirait sous le label Les Républicains car je sais qu’il est communiste. »Et le maire a poursuivi:« Fraude, usurpation, candidats fantômes, bienvenue aux communistes! J’ai déjà confisqué le préfet et j’annonce que, bien entendu, des poursuites pénales seront engagées. «  »

Quelques jours plus tard, nos confrères du Parisien rapportent que Daniel Feutret, maire communiste de Blanc-Mesnil de 1989 à 2008, nie officiellement être à l’origine de ce candidat fantôme. Il revendique son «étonnement» et sa «colère» et dénonce «des allégations qui remettent en question son honneur». Daniel Feutret soupçonne Marc Boulanger, qui était son rival de droite, avant de défier l’actuel maire de la ville quelques années plus tard.

En fait, confirme Marc Boulanger. Il affirme avoir demandé à ce couple de se présenter pour éclipser ce qu’approuve le maire de la ville, mais nie avoir fait une demande d’enregistrement sous le label LR. «J’ai demandé à ces deux personnes d’être candidates», explique-t-il au Parisien, «mais il y a eu une erreur lors de la soumission des listes: la préfecture les a inscrites sous le label Les Républicains au lieu de républicains. «  »

Mais Marylène Bocquillon l’assure: elle a été contactée par Marc Boulanger, puis par le communiste Daniel Feutret, et elle a apporté les papiers de candidature qui venaient d’être signés au bureau de la section locale du PCF. Elle pensait qu’elle soutenait ce dernier. «Il doit y avoir eu un malentendu à un moment donné», admet-elle. «Cela montre que Marc Boulanger et les communistes sont en désaccord, estime pour sa part Thierry Meignen. Ce n’est pas la première fois qu’ils travaillent main dans la main. Aux élections municipales de 2014, Marc Boulanger, qui s’est présenté contre moi, était déjà au second tour un vote pour Didier Mignot (candidat communiste) a appelé. «  »

Marylène Bocquillon annonce enfin qu’elle renonce à une candidature qu’elle n’avait jamais réellement voulue. « On se connaît avec M. Feurtet sans se connaissant. Il m’a appelé il y a deux semaines ou trois semaines. J’ai compris que tout ce dont il avait besoin était de mettre des noms sur une liste, comme aux élections locales. Je voulais être courtois et me retrouver dans le pétrin. «  »

La jeune femme, qui a été officialisée par la mairie pour retirer sa candidature, risque alors des amendes pouvant aller jusqu’à 15 000 euros car, selon la loi électorale, «toute personne qui utilise sciemment un faux nom ou une fausse identité ften a annoncé […], la peine est un an d’emprisonnement et une amende de 15 000 euros ».

Des «noix de coco» sacrées les noix de coco. Jamais la rentabilité d’un petit truc.

Dans toute élection, il y a des gens qui sont des candidats truqués et qui sont pris dans une histoire qui les dépasse. Mais notre république est une bonne fille et en général pas de sanctions pour les manipulés et surtout rien pour les manipulateurs. Et ici, ça va mal. Car cela intensifie ces actions et détourne le citoyen des élus, des partis et crée finalement un manque de respect pour les institutions et leurs représentants … Tant que cela dure!

Bonsoir othello1. Excellent! Trop drôle! … Merci!

Lisez les articles de la section Politique,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQTaxe de créditTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousPlan du siteMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique relative aux cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle
Résultats législatifs

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu de l’article inclus dans votre annonce.

Pour ce faire, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Keywords:

The Republicans,Pcf,French departmental elections,Le Blanc-Mesnil,Seine-Saint-Denis,Daniel Feurtet,The Republicans, Pcf, French departmental elections, Le Blanc-Mesnil, Seine-Saint-Denis, Daniel Feurtet,,,,Départementales-Elections,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: