CM – Dépression, flirt et excentricités incroyables : le destin tragique de Sissi – Gala

0

Marguerite MACDONALD

|

07:23
– Aujourd’hui

à 07:23

– Mise à jour le jeudi 23 décembre 2021 à 10h31

L’histoire d’amour entre l’empereur François-Joseph et sa cousine germaine Elisabeth en Bavière commence par un coup de foudre déchirant. À l’été 1853, Elisabeth von Wittelsbach, dite « Sissi », était la quatrième enfant du duc Maximilien de Bavière et de la princesse Ludovika, âgée de 15 ans. Comme dans le premier tome de la saga « Sissi », l’empereur a 23 ans et doit annoncer ses fiançailles avec Hélène, la sœur aînée de Sissi, lors d’une somptueuse soirée avec l’archiduchesse Sophie. Mais depuis qu’il a croisé le regard pétillant de sa jeune cousine aux longues tresses brunes, il n’a qu’une idée en tête : en faire son impératrice. Il prévient sa mère : il n’épousera personne d’autre que Sissi. Au lendemain de leur rencontre, François-Joseph propose donc de l’épouser, signant ainsi la fin de la jeunesse insouciante de sa petite fiancée.

Dans les mois qui précèdent leur mariage, Sissi est rongée par la peur et laisse sa famille derrière elle préparer leur trousseau de mariage. A son entrée solennelle dans une voiture impériale, qu’elle amène à la Hofburg de Vienne, la jeune fille ne retient pas ses larmes. Elle craint déjà sa nouvelle vie d’impératrice.

Franz-Joseph et Sissi se sont mariés le 24 avril 1854 dans l’église des Augustins de Vienne, après que le Vatican eut délivré une dispense papale à cause de leurs proches parents. Dans les jours qui suivent le mariage, la ville fait la fête. Mais la nuit de noces, le rêve de Sissi vire au cauchemar. L’archiduchesse Sophie, préparée selon la tradition, la « récompensa » avec des pièces d’or à son réveil. Une coutume que les frêles Bavarois trouvaient particulièrement dégradante.

Dès les premiers mois, Sissi se bat pour une place à la cour de Vienne. Sa santé s’est progressivement détériorée et elle a souffert de graves crises d’anxiété causées par un profond désir de retrouver son pays d’origine, la Bavière. Dix mois après leur mariage, l’Impératrice a donné naissance à un bébé Sophie. Un prénom imposé par l’archiduchesse. Alors que l’événement aurait dû bien se passer, Sissi a subi une forte pression de la part de sa belle-famille, qui aurait adoré célébrer la naissance d’un héritier du trône. Mouvements de contrôle. À commencer par installer le berceau de sa petite-fille dans son propre appartement et la séparer de sa jeune mère.

Après la naissance d’une deuxième fille, Gisèle, le couple impérial est frappé par un drame : la petite Sophie meurt et Elisabeth sombre dans la dépression et négliger sa fille cadette. Un an plus tard, Sissi donne naissance à Rodolphe, un garçon. Une fois la succession définitivement acquise, Sissi se sépare progressivement de son mari.

Si l’amour initial entre Sissi et François-Joseph avait été réel au premier regard, il ne durera que peu de temps. Au moins pour l’impératrice. Comme elle a peu d’enthousiasme pour les relations intimes avec Franz et pour la maternité en général, elle préfère le contrôler. À peine dix ans plus tard, elle souhaite avoir un quatrième enfant, Marie-Valérie. La petite fille est de loin sa préférée, mais on a longtemps cru qu’elle était la fille du comte Gyula Andrássy, le Premier ministre hongrois, dont sa mère était très proche.

Pour échapper à son « devoir » de épouse, choisit Sissi elle-même comme amante de Franz-Joseph. C’est une comédienne nommée Katerina Schratt, qui a ému l’empereur lors d’une représentation sur la scène du Burgtheater, le grand théâtre de Vienne.

En 1889, un terrible scandale secoue la famille impériale d’Autriche. Rodolphe, héritier du trône et troisième enfant de Franz-Joseph et Sissi, tue son amant de 17 ans et se suicide. Les amants ont été retrouvés abattus dans le pavillon de chasse de Mayerling le 30 janvier. Un épisode dramatique dont Sissi ne se remettra jamais et se reproche d’avoir négligé son fils, qui souffre visiblement d’une maladie mentale.

Deux ans plus tôt, Sophie, une soeur de Sissi, dont elle était très proche, est également décédée, en mai 1887 dans les flammes du terrible incendie du Bazar de la Charité à Paris. La tragédie semble la hanter sans relâche.

Sissi voyage beaucoup pour soulager la douleur et les épisodes dépressifs. Une évasion de cette vie de cour qui le pèse si lourdement. Fascinée par la Hongrie, elle contribue à la consolidation de l’alliance avec l’Empire d’Autriche et se rend régulièrement en Angleterre, au Portugal et en Grèce. Elle construira également une belle villa surplombant la mer sur l’île de Corfou.

Malgré ses évasions, elle ne quitte jamais le désespoir. Lorsque Franz-Joseph lui demande en 1871 ce qu’elle aimerait célébrer le jour de son mariage, l’Impératrice énumère un jeune tigre et une médaille, puis elle ajoute : « Ce que j’aimerais vraiment avoir, c’est un asile d’aliénés. Crew ».

Sissi souffre d’insomnie et passe la plupart de ses nuits à lire, à fumer des cigarettes et à écrire de la poésie. Forte, morbide et parfois même cruelle envers ses anciens amants, qu’elle compare à des ânes, elle a confié ses écrits à trois personnes afin de les publier sous pseudonyme soixante ans après sa mort. Son pseudonyme ? Titania, la reine des fées dans la pièce de Shakespeare « Le Songe d’une nuit d’été ».

Semblable à Lady Diana Spencer, Sissi est obsédée par son poids plus de cent ans plus tard et souffrira de troubles de l’alimentation jusqu’à sa mort. Elle s’adapte à des régimes draconiens, mangeant parfois juste une orange ou un bouillon dans la journée et menant un programme sportif militaire pour ne pas dépasser 49 kg par 1,73 m. Elle équipera toutes ses maisons de salles de sport. Dans les dernières années de sa vie, l’Impératrice pesait moins de 43 kg.

Outre son poids, Elizabeth attache une importance particulière à son image. Chaque soir, elle s’étale des fraises écrasées sur le visage et s’endort sur un lit de fer sans oreiller pour améliorer sa posture et réduire les premières rides. Connue pour ses longs cheveux bruns, elle passe près de deux heures par jour à se peigner et souffre d’atroces maux de tête à cause du poids de ses coiffures. Elle a longtemps insisté pour que son coiffeur lui enlève ses cheveux blancs un à un avec une pince à épiler.

Enfin, pour contrer une dernière fois le temps qui passe, dès 32 ans elle refusera systématiquement tous les portraits et photographies officiels en afin de protéger son image de jeune femme à conserver pour toujours.

C’est un coup de couteau de l’anarchiste italien Luigi Lucheni qui mettra fin à la vie torturée de Sissi. Habituée à la douleur lancinante du corset, qu’elle porte toujours trop serré, Elizabeth ne se rend pas tout de suite compte qu’elle a été transpercée par une lame. Lorsqu’elle se rend compte qu’elle saigne, il est déjà trop tard. L’Impératrice est décédée le 10 septembre 1898 à l’hôtel Beau Rivage à Genève, en Suisse.

Malgré son souhait d’être enterré directement au bord de la mer sur l’île de Corfou, François-Joseph l’obligera à utiliser la Crypte des Capucins en Vienne comme dernière demeure. Ultime sanction pour l’impératrice Sissi, qui a passé sa vie à chercher la liberté sans jamais la trouver.

Flash-back – Romy Schneider : Votre dernière histoire d’amour avec Laurent Pétin

PHOTOS – Inspirez-vous des looks de Romy Schneider cet été 2021

Romy Schneider : Pourquoi sa mort reste un mystère

Jacques Dutronc : il a donné ce terrible surnom à Romy Schneider

EXCLU – « Ça me rend fou ! » : Gérald Kierzek en colère contre les médecins des plateaux de télévision

PHOTOS – Letizia d’Espagne montre ses bras fermes : elle a des muscles impressionnants !

Céline Dion tombe malade : Pendant ce temps, son fils René-Charles joue au golf

Elizabeth II « effrayée » : cet appel urgent au prince William

Céline Dion malade : elle sort de son silence en une triste occasion

mar. 09 décembre 2014

Donc le 18 novembre 2012

ven 11 octobre 2013

jeudi 28 mai 2020

22 avril 2014

lun. 14 janv. 2008

lun 28/08/2017

sam. 11 décembre 2021

lun 02 décembre 2013

ven. 09 octobre 2020

Page d’accueil

Keywords:

TF1,Sissi – The Young Empress,Romy Schneider,Empress Elisabeth of Austria,TF1, Sissi – The Young Empress, Romy Schneider, Empress Elisabeth of Austria,,Culture,Séries,TF1,Médias,Eco / Conso,,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: