CM – Entretien exclusif avec Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) : « Emmanuel Macron est plus un mug qu’une girouette »

0

Pour M. Mélenchon : « Raoul Hedebouw est un dirigeant rare. C’est un produit de la société belge. Un homme cultivé avec un sens de l’humour. « 

Entretien exclusif avec Jean-Luc Mélenchon, Président de  » France Insoumise  » à l’occasion de la manifestation  » Journée de la solidarité  » à Ostende (Manifeste). Le candidat à la présidentielle 2022 participera à un débat avec Raoul Hedebouw, intervenant ce Dimanche à 12h30 du PTB, sur le thème « La gauche en Europe avant la montée de l’autoritarisme ».

Vous serez à Ostende ce dimanche avec Raoul Hedebouw. Pourquoi avez-vous accepté l’invitation du PTB ?

« C’est une belle occasion de montrer une amitié personnelle et l’existence d’échanges constants par téléphone, skype… Il est venu en France aux Amphis des rebelles et a impressionné tout le monde. C’est un homme d’une grande force d’entraînement. Un tel leader est rare. C’est un produit de la société belge, un homme cultivé avec le sens de l’humour. « 

Peut-on supposer qu’il existe un axe PTB-France rebelle ? Fêtes de la fraternité ?

« . C’est un concept qui reposait sur une illusion. Nous ne sommes pas les mêmes. Nous avons une idée en commun : la société doit se libérer des superstitions du marché. Avec le changement climatique, nous sommes confrontés à une situation qu’aucune génération n’a encore eu à gérer. »

Allez-vous demander à vos supporters de voter pour Raoul Hedebouw ?

Et la Wallonie, ça vous dit quelque chose ?

« Tout le monde sait que j’affectionne particulièrement la Wallonie. Les Wallons sont menacés par un séparatisme extrêmement brutal de la part des dirigeants de l’extrême droite flamande. »

Le PTB a refusé de rejoindre des gouvernements de coalition avec d’autres partis de gauche. Croyez-vous aussi qu’il est possible de faire bouger les « lignes » sans prendre part au pouvoir ?

« . Je suis au service d’un programme. Je ne veux pas gagner par conviction, je ne peux pas perdre le soutien que je reçois dans la confusion. Je ne soutiendrai pas le PS. Mais le PS peut bouger s’il le veut à , participer à notre gouvernement. J’ai une longue expérience. Il faut être cohérent pour obtenir le soutien populaire. « 

Comment voyez-vous la Belgique aujourd’hui ?

Vous étiez « dans une autre vie politique », membre du PS français. Avez-vous encore des contacts avec des socialistes belges ?

« J’ai été membre du PS français pendant plus de 30 ans, mais à part Elio Di Rupo, je n’avais aucun contact avec les ministres socialistes belges. Habituellement, nous devrions vous voir bientôt. Il n’a pas oublié ma production intellectuelle et mon engagement pour la liberté. « 

Êtes-vous pour ou contre le pass santé ?

Qu’est-ce qui vous inquiète au sujet du laissez-passer ?

« Il crée une société de contrôle général. En France, il autorise les licenciements, mais il existe des alternatives aux méthodes médiévales de détention et au passeport médical. Nous devons comprendre que nous sommes dans une société qui connaîtra d’autres pandémies. Vous pouvez tout aussi bien vous organiser : horaires de travail décalés, cours en double, purificateurs d’air… »

Et qu’en est-il de la vaccination obligatoire ?

« L’OMS recommande de ne pas faire cela. Nous devons plutôt convaincre les gens et ne pas essayer de les forcer. Il faut le faire en sortant devant des gens, même en porte à porte. Ils arrivent en Espagne. « 

Y a-t-il quelque chose dans cette crise qui vous révolte aujourd’hui ?

« La pandémie a accru l’énorme fortune de mon pays. C’est choquant. Cela prouve que le système n’est plus capable de se corriger. « 

Les politiques sont-ils responsables de cette situation ? Que peut faire le citoyen ?

« Plus la société est libre, plus les citoyens participent à la résolution des problèmes, plus nous avons de chances de nous en sortir. Si on veut forcer les citoyens, ça ne marchera pas. On le voit avec les vaccins. Si cela fonctionnait, les dictatures existeraient toujours. « 

Êtes-vous une personne responsable?

« Je suis pour que les gens prennent leurs responsabilités. Les insultes et divisions systématiques sont à éviter. « 

Vous dites que vous aimez votre programme, il ne vous reste plus qu’à le traduire en vote ?

« Nous avons mené une enquête sur les mesures de notre programme (sans dire que c’était le nôtre) et plus de 80 % des personnes sont d’accord. Maintenant, nous devons amener ces gens à voter pour nous parce qu’ils aiment le contenu de notre programme. « 

Votre programme sera-t-il un antidote à l’anxiété ?

« On m’a déjà dit que j’étais une vitamine. Bien sûr, je serai un antidote à la peur, et surtout, notre programme propose des solutions. « 

Quel est l’impact sur la santé mentale de cette crise?

« Les effets du Covid ne font que commencer. Pendant des millénaires, l’activité humaine a porté sur l’attachement. Mais depuis 30 ans, nous avons rompu la connexion. A notre niveau, nous comptons sur la solidarité pour sortir de la crise du Covid. « 

Néanmoins, il y a encore de la solidarité, comme on l’a vu chez nous avec les inondations entre Wallons et Flamands.

« C’est une constante anthropologique que lorsque quelque chose ne va pas, les gens restent ensemble. La sortie de crise climatique devient d’autant plus difficile si l’on garde les vieux réflexes. « 

Emmanuel Macron, n’a-t-il pas promu une géographie politique qui lui permet d’être facilement réélu ?

« La vérité est qu’aucune des trois dernières élections n’a résolu les problèmes de la France. Ils appliquent tous la même politique (Sarkozy, Hollande, Macron). En 15 ans, aucune élection n’a rien décidé. « 

Que pensez-vous d’Emmanuel Macron ?

« M. Macron est un trader financier de formation. Il a une vision de la vie et de l’organisation en société basée sur le pari. Il confond l’administration des choses avec le gouvernement du peuple. C’est une erreur tragique. Tout d’un coup, il devient très frustré. « 

Trouvez-vous qu’une ligne claire manque?

« Il a une sorte d’opportunisme chez lui car il veut vraiment être le leader de la droite en France. Il n’a pas de convictions profondes, il demande même à M. Zemmour de fournir des notes d’immigration. Macron est plus un gobelet qu’une girouette : quel que soit le sujet, cela dépend toujours d’une confiance aveugle dans le marché. « 

Le duel entre Macron et Le Pen en huitièmes de finale peut-il être évité ?

« Cela n’arrivera pas. La France est très volatile. Il y a une vraie place pour la gauche radicale. La crise mondiale actuelle apportera des changements comme après la Seconde Guerre mondiale. »

Le procès des attentats de Paris ne fait que commencer. Dans les médias, la campagne électorale française semble se concentrer sur des sujets qui divisent comme l’insécurité et l’immigration.

« Tout un pan de la vie politique française n’a qu’une seule chose à offrir : la peur et le commerce de la peur. Ils parleront des musulmans, du foulard, de l’immigration et de l’insécurité… alors que nous sommes en plein défi climatique avec une urgence sociale. Nous sommes confrontés à un retard de la pensée politique. Je veux parler de la vraie vie dans cette campagne. « 

Le PS est-il seul sur votre île aujourd’hui ?

« Vous êtes devenu extrêmement sectaire. Un peu dans l’attitude dont on blâmait les communistes. Ils croient incarner la gauche de manière très exclusive. Le centre-gauche en France a désormais besoin de savoir qui le dirige, les Verts ou les Socialistes. « 

Une seule candidature de la gauche, est-il possible de bloquer à l’extrême droite ?

« Ce serait déroutant ! Donc plus d’abstention. La gauche traditionnelle est décédée en 2017. Le PS français a explosé en plein vol avec François Hollande. Le PCF nous a quittés lorsque nous avons créé une force régénératrice. Je ne sais toujours pas pourquoi ils sont partis. Après tout, les écologistes n’ont pas encore trouvé de réponses à la question sociale. De notre côté, nous avons bien avancé : notre programme est majoritaire dans les sondages. C’est à nous d’en faire une majorité électorale. Nous sommes prêts à régner. « 

Protection de la vie privée –
Annonceurs –
Contact –
Politique relative aux cookies –
Conditions d’utilisation –
Conditions de vente –
Charte des médias

Keywords:

Jean-Luc Mélenchon,La France Insoumise,2017 French presidential election,French presidential election,Socialist Party,French Communist Party,Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, 2017 French presidential election, French presidential election, Socialist Party, French Communist Party,,,,,Jean-Luc Mélenchon,Social,smic,,,

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: