CM – Général Jean-Louis Georgelin: « La cathédrale Notre-Dame de Paris reviendra au culte en 2024. »

0

Défis

France

Par

Thiébault Dromard

le 15 avril 2021 à 7 h 30

6 min de lecture

Les abonnés

INTERVIEW – Le général Jean-Louis Georgelin, président de l’établissement public chargé de la restauration et de la préservation de Notre-Dame, confirme que le décret de danger sera levé en juillet. Il prévient que le chiffre d’affaires record de 833 millions d’euros sera pleinement exploité et réagit à la polémique sur le manque de participation de l’Etat à l’effort financier.

Général Jean-Louis Georgelin – Nous sommes à la fin de la phase de sécurisation, L’opération la plus spectaculaire a été le démantèlement complet de l’échafaudage de 40 000 pièces fin novembre qui entourait la tour au moment de l’incendie et pesait plus de 200 tonnes. Il s’agit d’une étape importante car cette structure métallique dépassant des voûtes pourrait s’être effondrée lors du démantèlement ou affaiblir le bâtiment. Ces risques sont maintenant derrière nous. De plus, les plusieurs dizaines de capteurs installés à des endroits stratégiques confirment l’extrême solidité du bâtiment: les murs n’ont pas bougé. C’est une super nouvelle. À moins que tous les arcs-boutants n’aient été voûtés, jusqu’à ce que nous ayons pu analyser attentivement les voûtes, il y avait des doutes qui sont maintenant dissipés. Le décret de danger pourrait donc être levé par le préfet de police cet été. La restauration peut vraiment démarrer l’hiver prochain.

Est-ce que la crise sanitaire et le plomb ont fait que le site a pris du retard? La cathédrale sera-t-elle encore vénérée en 2024?

La prise en compte du plomb est très lourde. Elle affecte la capacité d’accès au site (serrures de sécurité, douches obligatoires) et

Enfin, Philippe Villeneuve, l’architecte en chef des monuments historiques, a livré ses études diagnostiques le 18 décembre, ce qui nous a permis d’élaborer et de confirmer le planification, que nous retournerons la cathédrale au culte en 2024.

Tous les arbitrages de rénovation et de restauration ont-ils été effectués? La cathédrale sera-t-elle restaurée dans sa forme d’origine?

En collaboration avec les architectes, nous avons proposé le 9 juillet à la Commission nationale du patrimoine et de l’architecture des parties de travaux de restauration identiques: les charpentes en chêne, la toiture du grand toit en plomb et le retour de la tour Viollet -le-Duc. Nous avons tout fait pour que dans trois ans, conformément à la Charte de Venise, les Français trouveront la cathédrale qu’ils aiment. À l’intérieur, il devient plus clair après le vaste programme de dépollution et de nettoyage. Avec l’archevêque de Paris, nous réfléchirons également sur le patrimoine et l’éclairage liturgique. La cathédrale est en construction depuis la pose de la première pierre en 1163. Il s’agit sans aucun doute du plus grand projet de restauration qui ait été réalisé en si peu de temps étant donné que nous disposons de ressources financières importantes.

Compte tenu de la nature particulière de votre demande, faut-il craindre des difficultés pour obtenir du bois et de la pierre?

Nous avons anticipé le besoin de chêne pour restaurer la charpente de la tour. Nous avons déjà abattu 1000 chênes, qui ont tous été donnés, et nous devons en ajouter 1000 de plus pour reconstruire ceux de la nef et du chœur.

Nous avons déjà identifié les besoins en pierre et ils ne sont pas étonnamment plus importants que pour un emplacement traditionnel. C’est pour cette raison que j’ai engagé le BRGM (Bureau de Recherche Géologique et Minière) pour sélectionner les carrières susceptibles de fournir les pierres compatibles dont nous aurons besoin. C’est un travail en cours qui bat son plein.

Un grand volume de pierres et de débris ne peut pas être réutilisé et finit dans la décharge. La loi ne devrait-elle pas être modifiée pour permettre la vente de ces restes? Pourquoi ne pas financer la rénovation du patrimoine religieux en France que l’Etat ne peut plus financer?

Ce serait étudier, mais ce n’est certainement pas mon métier d’initier un tel projet. Mon travail est avant tout de respecter et de respecter les textes et la politique française du patrimoine culturel.

Avez-vous une idée plus précise du budget prévisionnel pour l’ensemble? Les 833 millions d’euros récoltés suffiront-ils? Que faire d’un éventuel trop-payé?

Je soumettrai le budget le moment venu, mais je peux vous dire que nous aurons besoin de toute la collection. Les 833 millions d’euros ne seront pas de trop. Je tiens à remercier chaleureusement nos 340 000 donateurs, dont le soutien est vital.

La Cour des comptes a souligné un manque de transparence dans l’utilisation des dons et le financement des institutions publiques sur la base des dons. Avez-vous corrigé le cliché?

Le Comité des donateurs, organe qui n’existe dans aucune autre institution publique, est un lieu d’échange et de dialogue qui représente les 340 000 donateurs à travers les quatre organismes de financement: les Fondations du Patrimoine, France et Notre Dame ainsi que le National Monument Center. Nous vous tiendrons régulièrement informés de l’avancement du chantier et de l’utilisation des dons. Nous travaillons de manière transparente et je pense pouvoir dire qu’à ma connaissance, ces quatre organisations sont satisfaites. Les coûts de gestion de projet sont très faibles, représentant 3 à 4% du budget, contre une moyenne de plus de 10%. De plus, l’Etat a accepté de prendre en charge le loyer des locaux de l’établissement public, soit 200 000 euros par an.

C’est un tout petit montant. Non seulement l’Etat ne finance pas la restauration de Notre-Dame, il perçoit même la TVA sur ce site …

On peut le voir différemment: L’argent que l’Etat ne dépense pas pour Notre-Dame peut être utilisé pour restaurer d’autres cathédrales sont utilisées. Soyons plutôt ravis d’avoir une collecte de fonds record dans l’histoire de la philanthropie!

Nous voulons toujours que les choses aillent plus vite. Ma priorité est de planifier un suivi. Tant que la « dernière pierre » n’a pas été posée, je ne me sentirai pas complètement à l’aise. L’entrepreneuriat dans nos sociétés modernes devient de plus en plus difficile. J’avais pour mission de trouver des solutions à chaque problème.

– Le Bras Frères, ce groupe lorrain au cœur de l’incendie puis de la sécurité de Notre-Dame

Notre Dame de Paris

Votre adresse sera utilisée pour envoyer les newsletters qui vous intéressent. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, mise à jour par la loi du 6 août 2004, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données vous concernant en contactant abonnements @ Challenges .fr écrire

Votre adresse sera utilisée pour envoyer les newsletters qui vous intéressent. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, mise à jour par la loi du 6 août 2004, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données vous concernant en contactant abonnements @ Challenges écrire .fr

Ref: https://www.challenges.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: